En ce moment : ANOTHER ONE BITES THE DUST - QUEEN Ecouter la radio

Rouen. Le syndicaliste qui avait insulté Gérald Darmanin est rejugé en appel

Faits Divers. Après une première condamnation le 14 décembre 2020, le parquet général a confirmé son réquisitoire en appel lundi 14 mars contre le syndicaliste rouennais, auteur de l'insulte envers le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, le 26 juillet à Saint-Étienne du Rouvray.

Rouen. Le syndicaliste qui avait insulté Gérald Darmanin est rejugé en appel
Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, avait été insulté lors de la cérémonie d'hommage au père Hamel, le 26 juillet 2020.

Rejugé en appel lundi 14 mars, le prévenu, un homme de 26 ans, ajusteur dans l'industrie automobile adhérent à la CGT, a reconnu les faits : "C'est vrai que j'ai crié, je l'ai reconnu en garde à vue. Je suis assez intéressé par les questions politiques. Le fait qu'un ministre soit mis en cause dans deux affaires de viol, ça m'a énervé."

• Lire aussi. Rouen. Gérald Darmanin traité de "sale violeur" : un procès le 23 novembre

Lors de l'audience, le parquet général a requis la confirmation de la condamnation pour outrage à 1 500 euros d'amende prononcée le 14 décembre 2020.

• Lire aussi. Seine-Maritime. 1 500 euros d'amende pour avoir insulté le ministre Darmanin

Les faits remontent au 26 juillet 2020, lors de la cérémonie d'hommage au père Hamel, à Saint-Étienne-du-Rouvray. Le syndicaliste avait alors interpellé l'homme d'État, présent sur place, en le traitant de "sale violeur". Ce dernier faisait allusion notamment à une plainte pour viol portée à l'encontre de Gérald Darmanin en 2017. Affaire qui a depuis fait l'objet d'un non-lieu. 

• Lire aussi. [Vidéo & Photos] Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray. Cinq ans après, beaucoup d'émotion en attendant le procès

À la barre l'avocat général a reconnu que "beaucoup de gens peuvent penser que Darmanin est un violeur", "mais il est interdit de le dire à ce stade de la procédure", rappelant la présomption d'innocence. De son côté, l'avocate de la défense a réclamé la relaxe du syndicaliste. 

"La condamnation serait une atteinte à la liberté d'expression. Il est question de la libre contestation politique de la nomination de Gérald Darmanin au poste de ministre de l'Intérieur alors qu'il est mis en cause par deux femmes dans des procédures pénales", a-t-elle estimé.

La cour d'appel de Rouen rendra son verdict le 28 avril prochain.

Avec AFP

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Rouen. Le syndicaliste qui avait insulté Gérald Darmanin est rejugé en appel