En ce moment : MAMMA - CLAUDIO CAPEO Ecouter la radio

Les grévistes du Rouvray occupent le bâtiment de la direction

Alors que l'agence régionale de santé a annoncé une mission pour mesurer les moyens nécessaires au centre hospitalier du Rouvray, près de Rouen (Seine-Maritime), les grévistes haussent le ton le jeudi 31 mai 2018 en occupant le bâtiment de la direction de l'hôpital.

Les grévistes du Rouvray occupent le bâtiment de la direction
Le bâtiment de la direction est maintenant occupé par les grévistes. - Aurélien DELAVAUD

L'annonce n'a pas mis longtemps à provoquer une réaction chez les grévistes du centre hospitalier du Rouvray, dans l'agglomération rouennaise (Seine-Maritime). Pour trouver des solutions, l'Agence régionale de santé (ARS) a nommé trois personnes pour mener un audit des besoins tant en personnel qu'en infrastructures.

Une réponse bien insuffisante pour le personnel en grève depuis des mois et dont quatre membres sont en grève de la faim depuis dix jours. Depuis le jeudi 31 mai 2018, dans l'après-midi, les grévistes occupent le bâtiment de la direction de l'hôpital. Un moyen pour tous de montrer que la proposition de l'ARS est insuffisante.

    • À lire aussi. Hôpital du Rouvray : d'autres agents rejoignent la grève de la faim
    • À lire aussi. Grève à l'hôpital du Rouvray : un appel à la Ministre de la santé
    • À lire aussi. Grève à l'hôpital du Rouvray : l'ARS met en place une mission d'appui

Ils ne veulent pas quitter les lieux

S'ils ont pris possession des lieux de façon pacifique "après que la direction soit partie selle même sûrement pour s'installer dans un autre bâtiment", les membres du personnel s'accordent pour dire qu'ils ne quitteront pas les locaux, sauf s'ils y sont forcés par les forces de l'ordre. "On ne dégrade rien. Ces bureaux sont ceux de collègues, ce n'est pas contre eux que nos sommes en colère, explique Jean-Yves Herment, les traits tirés par dix jours sans manger. Si on vient nous déloger, il est hors de question qu'il y ait de la violence." Pour autant les grévistes ne comptent pas se laisser faire en cas d'intervention de policiers. "Il y a d'autres moyens que les coups, ajoute le gréviste en souriant. On peut s'enchaîner, on peut se laisser traîner…"

Cette nuit, avec ses collègues, il entend maintenir le blocage du bâtiment administratif. Tous sont déterminés à ne mettre fin au mouvement que lorsqu'ils obtiendront les 52 postes supplémentaires qu'ils réclament.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Les grévistes du Rouvray occupent le bâtiment de la direction