Le futur mandat de Poutine sous le signe des tensions avec l'Occident

En promettant aux Etats-Unis une réplique "immédiate" en cas d'attaque nucléaire, le président Vladimir Poutine, quasiment assuré d'obtenir un quatrième mandat le 18 mars, a donné le ton: l'ère de tensions avec l'Occident n'est pas finie.

Le futur mandat de Poutine sous le signe des tensions avec l'Occident

Le président russe Vladimir Poutine peint en superhéros lors d'une exposition à sa gloire en décembre 2017 à Moscou © Yuri KADOBNOV [AFP/Archives]

Par

Sauf énorme surprise, l'ex-agent du KGB (services secrets soviétiques), devrait remporter le scrutin du 18 mars, ce qui le placera au pouvoir jusqu'en 2024, à l'issue d'une campagne électorale terne en Russie mais riche en confrontations diplomatiques entre Moscou et les puissances occidentales.

"Il semble qu'à la veille de l'élection présidentielle russe, le conflit entre notre pays et l'Occident pourrait atteindre un niveau inédit, encore plus dangereux", remarque le site d'informations Gazeta.ru, évoquant "une nouvelle +Guerre froide+".

Début mars, Vladimir Poutine, 65 ans, a vanté les nouvelles armes de la Russie lors d'un discours imbibé de rhétorique militaire et parmi les plus belliqueux qu'il ait prononcé en 18 années au pouvoir.

Si la Russie, ou l'un de ses alliés, est frappé par une arme nucléaire, "notre réponse sera immédiate", a-t-il déclaré, en révélant l'existence de nouvelles armes russes présentées comme "invincibles".

Le 7 février, Washington a annoncé avoir tué en Syrie au moins 100 combattants pro-régime, dont plusieurs mercenaires russes. Cinq citoyens russes ont "a priori" été tués, a reconnu Moscou, en soulignant qu'ils n'appartenaient pas à l'armée russe.

Certains y ont vu une rare confrontation directe entre les forces russes et américaines, alors que les relations entre Moscou et Washington sont au plus bas, notamment empoisonnées par des soupçons d'ingérence russe dans le processus électoral américain.

Vladimir Poutine a une nouvelle fois balayé ces accusations lors d'un entretien vendredi à la chaîne de télévision américaine NBC, démentant tout éventuel rôle de l'Etat russe dans l'élection de Donald Trump en 2016.

Le 6 mars, les tensions avec l'Occident sont montées encore d'un cran lorsque la police britannique a annoncé que l'ex-espion russe Sergueï Skripal, un agent double qui avait travaillé pour les Britanniques, avait été empoisonné à Salisbury, dans le sud de l'Angleterre. Les spéculations vont depuis bon train sur la riposte de Londres s'il s'avérait que Moscou est impliquée dans cette affaire.

Les relations entre la Russie et l'Occident sont au niveau "le plus toxique depuis la fin de la Seconde guerre mondiale" et "l'affaire Skripal peut les empoisonner davantage", assure Gazeta.ru.

- 4 ans après la Crimée -

Tout cela est plutôt bon pour le candidat Poutine, l'image d'une Russie assiégée et accusée de tous les maux par les Occidentaux étant, selon les sondages, un facteur incitant les Russes à se rassembler et à voter pour lui.

Et ce malgré une baisse de leur niveau de vie pendant son dernier mandat, marqué par une récession économique.

Lors de son discours au Parlement, le président russe a promis des mesures pour lutter contre la pauvreté. Mais "les promesses de campagne sont bâclées voire complètement inutiles", remarque Andreï Kolesnikov, analyste du centre Carnegie à Moscou.

"Le régime politique invite ses passagers, les Russes, à embarquer pour un voyage sans annoncer l'heure de départ, la destination ni même indiquer la solidité de l'appareil", ajoute-t-il.

Tout en jugeant ne pas recevoir suffisamment d'aide de l'Etat pour ses deux enfants, Sergueï Inchakov, un chauffeur de taxi de 37 ans, est certain de donner son vote au candidat Poutine.

"Nous n'avons pas besoin de changements maintenant. Poutine doit finir ce qu'il a commencé", explique-t-il à l'AFP.

Crédité d'environ 70% des intentions de vote selon les derniers sondages, M. Poutine devance de très loin ses rivaux, dont le mieux placé, le communiste Pavel Groudinine, plafonne à 7,8%.

"Ce ne sera pas une élection dans le véritable sens du mot, mais plutôt une célébration de l'identité de la majorité qui s'est formée après la Crimée", assure M. Kolesnikov.

La cote de popularité de Vladimir Poutine a été dopée par l'annexion de la péninsule ukrainienne par Moscou le 18 mars 2014. Les quatre ans de ce rattachement seront célébrés le jour de l'élection présidentielle.

- 'Tyrannie de la majorité' -

Déclaré inéligible jusqu'en 2024, le principal opposant au Kremlin Alexeï Navalny a appelé à plusieurs reprises les électeurs à boycotter le scrutin.

Plusieurs milliers de Russes ont répondu à son appel en manifestant le 28 janvier. Brièvement interpellé alors, M. Navalny a dit craindre être mis en prison avant le jour de l'élection.

Malgré ses efforts, le taux de participation à la présidentielle devrait atteindre 60% selon des sondages, ce qui assurerait à Vladimir Poutine la légitimité recherchée.

Celle-ci pourrait l'encourager à passer une série de lois limitant encore davantage les libertés civiles, et visant notamment les médias et l'opposition, font remarquer des critiques du Kremlin.

Les députés russes discutent ainsi d'une loi qui permettrait de désigner non seulement des organisations mais aussi des individus comme "indésirables" et de leur restreindre l'accès à l'espace public.

"Une tyrannie de la majorité est en train d'émerger", note M. Kolesnikov. "Le pays reste uni derrière les habituelles valeurs anti-occidentales, isolationnistes et conservatrices", assure-t-il.

Galerie photos

TOP FRANCE MONDE

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES