En ce moment : SEROTONIN - TOM WALKER Ecouter la radio

Rouen. Huit mois ferme pour avoir harcelé sa compagne

Le prévenu, cité à la barre du tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime), a été jugé lundi 19 février 2018 en comparution immédiate. Âgé de 57 ans, il est accusé d'atteintes physiques et d'appels téléphoniques malveillants à l'encontre de sa concubine.

Rouen. Huit mois ferme pour avoir harcelé sa compagne
L'homme, âgé de 57 ans, a été condamné à huit mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Rouen. - Patrick Joliff

Un prévenu a été cité à la barre du tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime), lundi 19 février 2018, en comparution immédiate. Âgé de 57 ans, Éric B. est accusé d'atteintes physiques et d'appels téléphoniques malveillants à l'encontre de sa concubine. Séparés depuis trois ans, elle a porté plainte contre lui pour coups et blessures, jeudi 8 février 2018. La veille des faits, alors que la victime se trouve dans un bar de Rouen en compagnie de deux amies, il vient lui parler, mais elle refuse de le voir et s'enfuit par une porte dérobée. Il la suit jusqu'à son véhicule, la tire par le poignet pour l'en extraire, lui assène un coup de poing qu'elle évite de justesse, la gifle et frappe ses amies.

La victime, entendue lors de son dépôt de plainte, rappelle que le prévenu a très récemment comparu pour des faits similaires portés à son encontre, mardi 30 janvier 2018, et qu'une injonction de ne pas entrer en contact avec elle lui a été signifiée. Elle présente également un grand nombre de SMS envoyés sur son téléphone portable, tous menaçants et malveillants et dénonce des menaces de mort proférées contre elle.

Un dépit amoureux

La relation entre les deux protagonistes serait complexe. Le prévenu affirme que, bien que séparés, elle vient régulièrement dormir chez lui. Il semble qu'en contrepartie, sa position sociale élevée lui permette de lui faire profiter de ses largesses financières. Il lui verse, en effet, plus d'un millier d'euros mensuels pour financer ses études. En garde à vue, il reconnaît les appels malveillants, mais nie toute agression physique.

L'homme déclare à la barre : "Je récuse toute accusation de violences envers elle", et reconnaît tout au plus avoir agi par dépit amoureux. Une expertise psychiatrique révèle chez le prévenu une pathologie bipolaire, le rendant incontrôlable en période de crise. À son casier judiciaire figurent quatre condamnations pour abus de biens sociaux. Pour la partie civile, "les faits vécus par la victime sont choquants", et pour le Procureur, "le prévenu se sent dans la toute-puissance devant les faits reprochés". Sa défense retient que "l'état de santé et le contexte professionnel doivent être pris en compte". Après délibération, il est condamné à huit mois de prison ferme.

 

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Rouen. Huit mois ferme pour avoir harcelé sa compagne