En ce moment : BEAUTIFUL DAY - U2 Ecouter la radio

Caen. Normandie. Les victimes d'attentats soutenues par l'Office national des anciens combattants

Jeudi 27 octobre 2016 était célébré à Caen (Calvados) le centenaire de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre. Une institution qui vient aujourd'hui aussi en aide aux victimes d'attentats. Explications.

Caen. Normandie. Les victimes d'attentats soutenues par l'Office national des anciens combattants
Franck Leconte, directeur du service départemental, l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre avec à ses côtés Christiane Le Blond, veuve d'un ancien combattant et François Gelmann, journaliste, animateur de la table ronde du jeudi 27 octobre 2016. - Tendance Ouest

C'est une vieille institution: l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre. Un établissement public de l'État, créé en 1916, au lendemain de la Première guerre mondiale avec pour objectif de venir en aide aux blessés, mutilés et orphelins. Seconde guerre mondiale, Indochine, Algérie… Le quotidien de l'Office s'est inscrit avec et dans l'Histoire. Et aujourd'hui encore.

Depuis 1990, un nouveau public s'est en effet agrégé: les victimes d'attentats terroristes. "Avec malheureusement un regain d'activités depuis 2015. L'actualité l'impose", commente Franck Leconte, directeur du service départemental.

Louise, 20 ans, grièvement blessée à Marrakech

À l'occasion du centenaire de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre, célébré jeudi 27 octobre 2016 à Caen (Calvados), Louise Girard, gravement blessée lors de l'attentat de Marrakech le 28 avril 2011, était invitée à témoigner. À l'époque des faits, elle n'avait alors que 20 ans et a perdu, dans cet effroyable drame, sa soeur Salomé, 18 ans, et sa tante, Marie-Christine, 61 ans. Après près d'une vingtaine d'opérations, la jeune femme tente tant bien que mal de se reconstruire.

L'action de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre vient en complément du Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme. "Le Fonds de garantie, c'est un capital qui est versé pour tenter de réparer. Tenter, parce qu'on ne répare pas", reconnaît Franck Leconte. Et de poursuivre: "L'action de l'Office, c'est une action sur la durée, au quotidien. Pour un enfant dont le père ou la mère a été tué dans un attentat, ce sera par exemple le financement des frais de scolarité etc. Pour essayer de faire en sorte que la perte financière provoquée par la disparition du parent soit compensée par l'État." Exemple à l'appui dans le Calvados. Écoutez Franck Leconte:

Caen. Normandie. Les victimes d'attentats soutenues par l'Office national des anciens combattants

LIRE AUSSI

Des explosions inquiètent en Normandie. C'était quoi, ce bruit ?

Normandie: un détenu tente de tuer un surveillant du Centre de détention d'Argentan

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Caen. Normandie. Les victimes d'attentats soutenues par l'Office national des anciens combattants