En ce moment : OUT IN STYLE (FEAT CECILIA KRULL) - CELESTAL Ecouter la radio

Pic d'épidémies à Pasteur : le nombre de lits en question

On se bouscule aux urgences de l'hôpital Pasteur, en raison des épidémies hivernales. Le syndicat autonome de la fonction publique hospitalière (FAFPH) pointe du doigt les fermetures de lits. Le directeur évoque quant à lui une prise en charge à améliorer.

Pic d'épidémies à Pasteur : le nombre de lits en question
Léonard Lièvre

C'est chaque hiver le même scénario. Lors des vagues de grippe et de gastro-antérite, les urgences de l'hôpital Pasteur de Cherbourg sont saturées. Les personnes âgées et fragiles, qui nécessitent d'être hospitalisées, sont parfois contraintes de patienter plusieurs heures dans les couloirs, en attente qu'une chambre se libère.

Dormir sur un brancard

"Ce lundi 19 janvier, à 8h, 22 patients étaient déjà en Unité d'Hospitalisation de Courte Durée, le service destiné aux patients en attente de lit. Deux ont dormi dans le salle de réanimation des urgences, six sur des brancards" constate Eric Labourdette, secrétaire général de la Fédération Autonome de la Fonction Publique Hospitalière (FAFPH) de l'hôpital Pasteur. Il dénonce une prise en charge dégradée pour certains patients et des conditions de travail difficiles pour les agents :

Eric Labourdette

En cas de pics d'épidémie, la direction prévoit l'ouverture de plusieurs lits dans les services de pneumologie ou cardiologie. Les interventions déjà programmées mais qui ne sont pas urgentes sont alors décalées pour libérer des chambres. "Le problème, c'est que ces opérations programmées sont aussi celles qui rapportent de l'argent à l'hôpital, dont le déficit cumulé s'élève à 42 millions d'euros" poursuit le représentant syndical, qui pointe du doigt la fermeture de lits engagées depuis plusieurs années à Cherbourg. "On oppose des chiffres à une situation de terrain toute différente".

Améliorer l'organisation quotidienne

Pour Maxime Morin, directeur, cette mécanique de fermeture de lit n'a pas d'influence directe sur la saturation des urgences, en cas d'épidémie. "C'est vrai que chaque hiver on démarre avec 20 à 40 lits de moins que l'année d'avant. Mais le pic hivernal est constant, à 10 ou 12 patients. Et notre nombre de lits, 11 mois sur 12, correspond à nos besoins".

Le directeur invoque plutôt une problématique de routine. Selon lui, le temps entre la prise en charge d'un patient aux urgences et son orientation vers un service d'hospitalisation est trop long. "Il faut travailler là-dessus, afin que les patients sortent plus tôt dans la journée et que d'autres puissent être intégrés plus vite dans les services. Ainsi, en cas de période exceptionnelle, cela éviterait d'accentuer nos difficultés" :

Maxime Morin

Un consultant est attendu ce mardi à l'hôpital Pasteur pour travailler à l'amélioration de l'organisation de certains services. Par ailleurs, la FAFPH demande la tenue d'un Comité d'Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail exceptionnel (CHSCT), car le grand pic d'épidémie est attendu pour la fin du mois en Basse-Normandie.

 







Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Pour aller plus loin
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Pic d'épidémies à Pasteur : le nombre de lits en question