En ce moment : SO AM I - AVA MAX Ecouter la radio

Chute mortelle à l'EPR : prison ferme pour le grutier

Le tribunal de Cherbourg reconnaît coupable d'homicide involontaire un intérimaire du chantier de l'EPR de Flamanville, ainsi que la société Bouygues et la société Tissot.

Chute mortelle à l'EPR : prison ferme pour le grutier

Le 24 janvier 2011, un soudeur de 37 ans était tué victime d'une chute mortelle sur le chantier de l'EPR de Flamanville, car la passerelle sur laquelle il se trouvait avait été percutée par une grue. Trois ans plus tard, le tribunal de Cherbourg entendait le grutier, ainsi que trois sociétés : le géant du BTP Bouygues, responsable de la coordination de la sécurité sur la phase génie civil, Tissot, qui a mis à disposition la passerelle, et Normétal, employeur du grutier. Ce mardi 8 avril, les juges ont rendu leur décision.

75 000 d'amende pour Bouygues

Le grutier, âgé de 39 ans, qui avait des traces de cannabis dans le sang au moment des faits, est reconnu coupable d'homicide involontaire. Il est condamné à un an de prison dont trois mois ferme, avec mise à l'épreuve de deux ans, obligation de soin et de travail et l'interdiction d'exercer son métier de grutier pendant deux ans.

La société Bouygues est également reconnue coupable d'homicide involontaire et condamnée à 75.000 euros d'amende. La société Tissot, qui met à disposition du matériel (dont la passerelle) sur lequel des irrégularités avaient été constatées, est également condamnée, à 35.000 euros d'amende. La société Normétal est relaxée.

10 jours pour faire appel

Par ailleurs, les deux sociétés condamnées et le grutier devront verser conjointement 308.967 euros à la veuve du soudeur et ses trois enfants, dont deux sont encore mineurs (17 et 12 ans), au titre du préjudice économique et affectif. "Ma cliente espérait se sentir soulagée après cette audience, mais il reste encore 10 jours pour que les prévenus fassent appel. Elle est cependant rassurée que le grutier ne soit pas désigné comme seul responsable de cet accident" expliquait Me Tréhel-Lejuez après l'annonce.

Par ailleurs, deux entités de la CGT, parties civiles, recevront également des dommages et intérêts. En revancje, l'Union départementale et le comité régional du syndicat sont déboutés, car ils n'étaient pas représentés sur le chantier de l'EPR au moment de l'accident.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Chute mortelle à l'EPR : prison ferme pour le grutier