En ce moment : COME AS YOU ARE - NIRVANA Ecouter la radio

Les retraites nuisent à Sarkozy

La bataille des retraites fait plonger Nicolas Sarkozy dans les sondages. Le chef de l'Etat atteint son niveau le plus bas.

Les retraites nuisent à Sarkozy
Mauvais sondages pour Nicolas Sarkozy : le week-end dernier, CSA le voyait chuter à  34 % d'avis favorables, son plus bas niveau depuis 2007. Au même moment, Viavoice situait le chef de l'Etat à  64 % d'opinions défavorables : là aussi, le pire score depuis son élection.
Explication de cette chute : l'angoisse économique générale, la montée du chômage, l'impopularité personnelle du chef de l'Etat et de son épouse... Mais surtout les retraites : 55 % des interrogés déclarent “injuste” le projet de retarder l'âge légal. Comme si une grande majorité des Français partageait l'avis du secrétaire général de la CFDT, François Chérèque : “Le projet sur les retraites revient à faire payer la crise aux salariés.”
Du coup, la CFDT, qui ouvrait lundi son  congrès à Tours, devenait le point de mire des médias. Il s'agissait pour elle de faire oublier son soutien à la réforme des retraites de 2003. On ne l'y reprendrait plus.

La CFDT en action
“La CFDT ne peut pas s'engager dans une réforme qui remet en cause les 60 ans”, proclamait Chérèque le 7 juin. Le syndicat semblait par ailleurs prêt à accepter un nouvel allongement de la durée de cotisation, mais en échange de contreparties. “Les militants de la CFDT vont être les seuls qui vont pouvoir décider de la position de leur organisation en plein débat  des retraites”, commentait Chérèque en conférence de presse. Objectifs : valoriser la pénibilité du travail, maintenir le statu quo du “dispositif carrières longues”, obtenir la taxation des bénéfices non réinvestis des entreprises pour alimenter le Fonds de réserve des retraites…
L'avis de François Chérèque sur les retraites a beau être partagé par les Français, il paraît toutefois un peu rapide. La faillite annoncée du système français n'est due que pour partie à la crise internationale (Nicolas Sarkozy n'est d'ailleurs pas responsable de cette crise).  La cause profonde qui menace nos retraites, c'est le déficit démographique : autrement dit le manque de naissances, arrêt de mort d'un système qui reposait sur la solidarité entre les générations.
Mais, disent les démographes, “les Français  refusent de payer les conséquences de leur malthusianisme de masse, choix historique de la génération  de 1968”.
Fondé ou pas, le rejet du projet par l'opinion pénalise Nicolas Sarkozy  non seulement dans l'immédiat, mais pour 2012 : 19 % des Français en général estiment que le futur candidat UMP devrait être Dominique de Villepin. Contre 17 seulement qui en restent à Nicolas Sarkozy, lui-même talonné maintenant par François Fillon (16 %)…
Pour se rassurer, le président de la République constate qu'il reste “le candidat naturel de la droite” pour la majorité relative des membres de son propre parti.


Recevez l'actualité gratuitement
Pour aller plus loin
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Les retraites nuisent à Sarkozy