En ce moment : YOUR KISS - KO KO MO Ecouter la radio

Sallenelles : l'hiver, c'est la saison des oiseaux !

De nombreux oiseaux sont de retour sur la réserve ornithologique de Sallenelles pour y passer l'hiver. Le site fait cohabiter les animaux et leurs observateurs attentifs.

Sallenelles : l'hiver, c'est la saison des oiseaux !

Novembre : les nuages bas sont de retour, et c'est les yeux baissés que les Caennais parcourent les rues et les routes de l'agglomération. Un peu plus au nord, au cœur de la réserve ornithologique du Gros Banc, sur la commune de Sallenelles, James Jean-Baptiste a lui le regard tourné vers le ciel. Pour lui, le mois de novembre est synonyme de grands mouvements d'oiseaux. Depuis 1995 qu'il arpente les espaces préservés de l'estuaire de l'Orne en tant que salarié du Groupe ornithologique normand, le naturaliste connaît par cœur les habitudes de ses sujets. "Dans les semaines à venir, on attend ici en permanence 1 200 oiseaux venus des pays nordiques, à la recherche de nourriture durant l'hiver. Hier, nous avons aperçu un groupe de 4 000 bernaches", commente-t-il depuis le grand observatoire en bois mis à disposition des curieux et des amateurs éclairés. L'hiver 2013 sortira pourtant de l'ordinaire, compte tenu du froid du printemps dernier. "Il y a eu une faible reproduction de plusieurs espèces, ce qui laisse présager des effectifs plus bas. Mais cette année n'est pas du tout conforme au calendrier... Un gros groupe de canards est passé début septembre : c'était totalement inattendu."

2% des oiseaux de Normandie

Tous ces mouvements, James Jean-Baptiste les suit de près, et les note systématiquement dans son carnet. Pas un cri ou un vol n'échappe à ses sens en éveil. Ici, un groupe d'une dizaine de cormorans. Plus loin, sept ou huit bécassines des marais viennent d'arriver. Elles passeront l'hiver chez nous. "Compter les oiseaux, c'est un réflexe pour nous. Chaque groupe que nous observons est noté et inscrit dans une base de données. Elle répertorie depuis 1972 tous les oiseaux aperçus ici : la liste recense 1,5 million de groupes d'un ou plusieurs volatiles !"

La réserve ornithologique du Gros Banc est aujourd'hui le premier site d'observation dans le Calvados. Selon le dernier bilan réalisé par le Groupe ornithologique normand, 2% du nombre d'oiseaux présents en Normandie y éliraient domicile à un moment de l'année. Les observateurs ne s'y trompent pas : simples promeneurs ou photographes aguerris sont nombreux à s'exercer à la reconnaissance des aigrettes garzettes ou des rouge-gorges derrière l'un des grands panneaux de bois installés à dessein. Nicolas Enault fait partie de ses amateurs : il n'hésite pas à faire quarante minutes de route pour installer ici, plusieurs heures durant, son trépied et sa jumelle monoculaire. "Je viens pour le plaisir de la photo : je garde une empreinte des cygnes, des spatules blanches, plus rares, et des martin-pêcheurs que je vois." A côté de lui, un tableau noir répertorie les espèces plus rares récemment observées sur place. "Pour le moment, il n'y a rien. Mais ca va venir !"

Une réserve adaptée aux besoins

L'année dernière, les observateurs avertis avaient ainsi pu contempler un harle piette, "un canard fabuleux !" qui occupe d'habitude le nord de l'Europe. Une sarcelle à ailes vertes, d'ordinaire visible aux Etats-Unis, avait aussi échoué ici. Il y a aussi ce goéland à bec cerclé, qui revient tous les ans à la même place. Autant d'espèces qui peuvent trouver à la réserve du Gros Banc un havre de paix pour passer l'hiver. "Eux ne craignent pas le froid, ni la pluie. Seulement le manque de nourriture." Mais un hélicoptère vient de faire son apparition en basse altitude, malgré l'interdiction, et affole tout à coup les piafs. "C'est un problème", explique encore l'ornithologue, "car les oiseaux dépensent de l'énergie inutilement. Ils en auront bien besoin pour passer l'hiver..." C'est tout l'intérêt de cette réserve, classé Natura 2000 : faire perdurer ce paysage à travers les générations pour y conserver une biodiversité précieuse. Son accès est interdit au public. Seuls y accèdent les équipes de Calvados Littoral, qui gèrent et entretiennent le site en fonction des observations du Groupe ornithologique normand. Tous ensemble, ils comptent bien obtenir des compensations à l'aménagement industriel prochain de l'avant-port d'Ouistreham. Les oiseaux le valent bien.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Pour aller plus loin
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Sallenelles : l'hiver, c'est la saison des oiseaux !