En ce moment : BONES - IMAGINE DRAGONS Ecouter la radio

[Infographies] Législatives 2022. Assiduité à l'Assemblée : quel bilan pour les députés de Seine-Maritime ?

Election. Dix députés représentent la Seine-Maritime à l'Assemblée nationale. À l'approche des élections législatives, qui ont lieu les dimanches 12 et 19 juin, on fait le point sur l'activité parlementaire de vos élus lors du mandat écoulé.

[Infographies] Législatives 2022. Assiduité à l'Assemblée : quel bilan pour les députés de Seine-Maritime ?
Les députés seinomarins. Rangée du haut, de gauche à droite : Gérard Leseul, Stéphanie Kerbarh, Jean-Paul Lecoq, Agnès Firmin-Le Bodo, Sébastien Jumel. Rangée du bas : Hubert Wulfranc, Xavier Batut, Annie Vidal, Sira Sylla, Damien Adam.

La Seine-Maritime est représentée par 10 députés : Damien Adam (LREM, 1re circonscription), Annie Vidal (LREM, 2e), Hubert Wulfranc (PCF, 3e), Sira Sylla (LREM, 4e), Gérard Leseul (PS, 5e), Sébastien Jumel (PCF, 6e), Agnès Firmin-Le Bodo (LR/Agir, 7e), Jean-Paul Lecoq (PCF, 8e), Stéphanie Kerbarh (Libertés et Territoires, 9e) et Xavier Batut (LREM/SE, 10e).

À l'approche des législatives des dimanches 12 et 19 juin, quelle est l'assiduité des députés seinomarins à l'Assemblée nationale ? Pour rappel, le mandat d'un député contient deux facettes : la présence à l'Assemblée nationale et celle dans sa circonscription, au contact des habitants qui l'ont élu.

Propositions de loi, rapports, questions écrites : l'implication de vos députés

Dans le graphique ci-dessous, vous trouverez un comparatif du nombre de rapports signés, de propositions de loi signées et de questions écrites soumises au gouvernement pour chaque député seinomarin depuis le début de leur mandat législatif (depuis juin 2017). Nous avons déterminé qu'il s'agissait des indicateurs les plus représentatifs du travail des parlementaires. Pour découvrir les autres statistiques disponibles, vous pouvez consulter le site Nos Députés.

À noter : Le député Gérard Leseul (5e circonscription) est entré en fonction en septembre 2020, ce qui explique naturellement son activité parlementaire moindre par rapport aux autres élus.

Les propositions de loi sont les textes déposés par les députés, à ne pas confondre avec les projets de loi qui sont, eux, des textes déposés par le gouvernement. Ces textes sont examinés par les commissions compétentes (composées de députés) et doivent faire l'objet d'un rapport écrit avant d'être discutés dans l'hémicycle. Le rapport est donc un document de travail qui a vocation à préparer la discussion en séance publique. Les commissions rédigent aussi des rapports sur les projets de loi.

Concernant les questions écrites soumises au gouvernement, il s'agit d'une prérogative individuelle qui permet aux députés de poser une question à un ministre. C'est un outil législatif simplifié qui permet aux élus d'interpeller directement le gouvernement sur des questions précises qui concernent le plus souvent les électeurs de la circonscription. Les questions écrites au gouvernement connaissent un franc succès, notamment depuis que la procédure est simplifiée grâce aux nouvelles techniques informatiques. Le nombre de questions écrites soumises au gouvernement est passé de 3 700 en 1959 à plus de 20 000 en 2015.

Les amendements sont des suggestions de modification de textes de loi déjà existants, de projets ou de propositions de loi. Les amendements sont soumis au vote à l'Assemblée nationale. Le droit d'amendement est réservé aux parlementaires et au gouvernement. Cependant, l'amendement est aussi une technique d'obstruction parlementaire. L'opposition peut en effet user de cette méthode pour retarder le plus possible l'adoption d'une loi à laquelle les députés s'opposent.

Ci-dessous, le comparatif du nombre de semaines de présence à l'Assemblée nationale (hors Gérard Leseul, 5e circonscription). Il s'agit du nombre de semaines où le député a été relevé présent en commission, a pris la parole (même brièvement) dans l'hémicycle ou a participé physiquement à un scrutin public :

Damien Adam (LREM, 1re circonscription)

Les cantons de la 1re circonscription : cantons de Mont-Saint-Aignan, Rouen-1 (sauf quartier de Saint-Clément) Rouen-2 et Rouen-3 (sauf quartiers de l'ïle Lacroix, Grammont et Saint-Sever).

Damien Adam a été élu en 2017. C'est son premier mandat politique, il n'avait jamais été encarté dans un parti politique auparavant. Il a récolté 54,68 % des suffrages au second tour face à la socialiste Valérie Fourneyron, députée sortante et ancienne ministre des Sports entre 2012 et 2014 sous François Hollande. Il est membre de la commission Affaires économiques.

Pendant le mandat (2017-2022) :

• 157 semaines d'activité

• 352 présences en commission avec 563 interventions

• 302 amendements proposés

• 11 rapports signés

• 82 propositions de loi signées

• 77 questions écrites soumises au gouvernement

L'activité du député de la 1re circonscription est régulière. Durant son mandat, il a notamment été rapporteur pour avis de la commission des Affaires économiques pour le projet de loi ferroviaire en 2017 et la loi d'orientation des mobilités en 2019. Il a aussi été rapporteur de la mission d'information sur l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen. Il est le député seinomarin qui a signé le plus de rapports. 

Annie Vidal (LREM, 2e circonscription)

Les cantons de la 2e circonscription : cantons de Darnétal, Gournay-en-Bray (31 communes) et Le Mesnil-Esnard (37 communes), communes d'Anceaumeville, Bihorel, Bois-Guillaume et Isneauville.

C'est le premier mandat d'élu d'Annie Vidal. Elle a été élue en 2017 au second tour face à Françoise Guégot (LR) en remportant 60,54 % des voix. Elle est membre de la commission Affaires sociales.

Pendant le mandat (2017-2022) :

• 171 semaines d'activité

• 428 présences en commission avec 477 interventions

• 198 amendements proposés

• 5 rapports signés

• 84 propositions de loi signées

• 21 questions écrites soumises au gouvernement

La députée figure parmi les 150 députés les plus présents en commission.

Hubert Wulfranc (PCF, 3e circonscription) :

Les cantons de la 3e circonscription : cantons du Petit-Quevilly, Rouen-1 (quartier de Saint-Clément), Rouen-3 (quartiers de l'ïle Lacroix, Grammont et Saint-Sever), Saint-Étienne-du-Rouvray et Sotteville-lès-Rouen.

Hubert Wulfranc est élu pour la première fois député en 2017. Mais auparavant, il a été maire pendant 15 ans (2002-2017) de Saint-Etienne-du-Rouvray. Au second tour des législatives en 2017, il remporte le scrutin avec 61 % des suffrages face au candidat LREM Cyrille Grenot. Il est membre de la commission Développement durable. 

Pendant le mandat (2017-2022) :

• 174 semaines d'activité

• 428 présences en commission avec 477 interventions

• 1302 amendements proposés

• 4 rapports signés

• 179 propositions de loi signées

• 114 questions écrites soumises au gouvernement

Hubert Wulfranc présente une activité parlementaire riche avec plusieurs indicateurs au vert. Il figure en effet parmi les députés les plus assidus autant en termes de présence mais aussi de questions posées et de travaux parlementaires. Pour le scrutin de 2022, il concourt à sa réélection sous la bannière de la NUPES (Nouvelle union populaire écologique et sociale).

Sira Sylla (LREM, 4e circonscription)

Les cantons de la 4e circonscription : cantons de Canteleu, Caudebec-lès-Elbeuf, Elbeuf et du Grand-Quevilly

Sira Sylla, avocate en droit du travail, a été élue députée en 2017 en battant au second tour Nicolas Goury (FN) avec 60,73 % des voix. Elle est membre de la commission Affaires étrangères. 

Pendant le mandat (2017-2022) :

• 118 semaines d'activité

• 154 présences en commission dont 89 interventions

• 115 amendements proposés

• 4 rapports signés

• 116 propositions de loi signées

• 34 questions écrites soumises au gouvernement

Les indicateurs de Sira Sylla sont les moins bons du département. À l'échelle des autres députés à l'Assemblée nationale, elle figure parmi les 150 députés les moins présents dans l'hémicycle et lors des commissions. 

Lire aussi : Malgré les affaires, Sira Sylla investie en Seine-Maritime

Gérard Leseul (PS, 5e circonscription)

Les cantons de la 5e circonscription : cantons de Barentin, Bolbec (6 communes), Notre-Dame-de-Bondeville (sauf commune d'Eslettes) et Port-Jérôme-sur-Seine (sauf communes de Bolleville, Lintot et Trouville), communes de Beautot, Butot, Gueutteville et Saint-Ouen-du-Breuil.

Gérard Leseul, socialiste, est en fonction depuis le 28 septembre 2020. Ainsi, ses données se concentrent sur son activité parlementaire depuis sa prise de poste. Il remplace Christophe Bouillon, contraint de démissionner après avoir été élu maire de Barentin. Bastien Coriton, élu maire de Rives-en-Seine, avait assuré l'intérim pendant cinq jours avant de démissionner. Des élections législatives partielles sont ainsi organisées : Gérard Leseul est élu au second tour face au candidat du Rassemblement national, Jean-Cyril Montier, avec 71,61 % des voix. Après les vacances parlementaires estivales, le député socialiste prend ses fonctions parlementaires. Il est membre de la commission Développement durable.

Pendant le mandat (depuis le 28 septembre 2020) :

• 63 semaines d'activité

• 148 présences en commission avec 733 interventions

• 447 amendements proposés

• 8 rapports signés

• 29 propositions de loi signées

• 29 questions écrites soumises au gouvernement

Gérard Leseul est le député cauchois le plus assidu au cours des 12 derniers mois, il est le 26e député le plus présent en commission et dans l'hémicycle (sur 577).

Sébastien Jumel (PCF, 6e circonscription)

Les cantons de la 6e circonscription : cantons de Dieppe-1, Dieppe-2, Eu, Gournay-en-Bray (36 communes) et Neufchâtel-en-Bray (39 communes), commune du Bourg-Dun.

Sébastien Jumel est député depuis 2017. Il a été élu au second tour en battant Philippe Dufour (LREM) avec 52,27 % des suffrages. Il a été auparavant maire de Dieppe de 2008 à 2017 et conseiller général de Seine-Maritime de 2002 à 2015. Il est membre de la commission Affaires économiques. 

Pendant le mandat (2017-2022) :

• 174 semaines d'activité

• 371 présences en commission dont 1207 interventions

• 1878 amendements proposés

• 8 rapports signés

• 195 propositions de loi signées

• 68 questions écrites soumises au gouvernement

Il est l'un des élus les plus impliqués avec notamment huit rapports signés et 195 propositions de loi signées. 

Agnès Firmin-Le Bodo (LR, 7e circonscription)

Les cantons de la 7e circonscription : cantons du Havre-1 (sauf quartier Mare-Rouge et partie des Acacias), Le Havre-3 (quartiers Massillon, Saint-Léon et Sainte-Marie), Le Havre-4 (quartier Sainte-Cécile et partie des Acacias), Le Havre-5 (quartiers Les Gobelins et Tourneville), Le Havre-6 (commune de Sainte-Adresse et quartiers Perrey, Saint-François, Saint-Vincent et Sanvic) et Octeville-sur-Mer (10 communes), commune de Montivilliers.

Membre des Républicains et du groupe parlementaire Agir à l'Assemblée nationale, Agnès Firmin-Le Bodo a été élue au second tour des législatives en 2017 avec 61,92 % des voix face à Antoine Siffert (Parti radical de gauche). Elle est membre de la commission Affaires sociales.

Pendant le mandat (2017-2022) :

• 178 semaines d'activité

• 456 présences en commission avec 848 interventions

• 1296 amendements proposés

• 7 rapports signés

• 170 propositions de loi signées

• 110 questions écrites soumises au gouvernement

La députée Agir fait elle aussi partie des bons élèves de l'Assemblée, puisqu'elle figure parmi les élus les plus présents en commission et dans l'hémicycle.

Jean-Paul Lecoq (PCF, 8e circonscription)

Les cantons de la 8e circonscription : cantons du Havre-1 (quartier Mare-Rouge), Le Havre-2 (sauf commune de Montivilliers), Le Havre-3 (partie du Havre sauf quartiers Massillon, Saint-Léon et Sainte-Marie), Le Havre-4 (sauf quartier Sainte-Cécile et partie des Acacias), Le Havre-5 (sauf quartiers Les Gobelins et Tourneville) et Le Havre-6 (quartiers Notre-Dame, La Plage et Saint-Roch).

Déjà député de la 6e circonscription entre 2007 et 2012, le communiste Jean-Paul Lecoq parvient à être élu dans la 8e en 2017 en battant la candidate macroniste au second tour, Béatrice Delamotte, avec 62,7 % des suffrages. Jean-Paul Lecoq est membre de la commission Affaires étrangères. Il est également conseiller municipal au Havre depuis 2020.

Pendant le mandat (2017-2022) :

• 186 semaines d'activité

• 284 présences en commission avec 572 interventions

• 1043 amendements proposés

• 7 rapports signés

• 178 propositions de loi signées

• 58 questions écrites soumises au gouvernement

Jean-Paul Lecoq est également l'un des députés les plus présents en commission et dans l'hémicycle.

Stéphanie Kerbarh (9e circonscription)

Les cantons de la 9e circonscription : cantons de Bolbec (14 communes), Fécamp, Octeville-sur-Mer (21 communes), Saint-Romain-de-Colbosc et Saint-Valéry-en-Caux (12 communes), communes de Bolleville, Hautot-le-Vatois, Lintot, Rogerville et Trouville.

Stéphanie Kerbarh est élue députée en 2017 avec 62,94 % des suffrages au second tour face à la candidate du Front national, Geneviève Salvisberg. D'abord membre de LREM, Stéphanie Kerbarh rejoint le groupe parlementaire Libertés et territoires en 2021. Le groupe parlementaire est composé entre autres d'Horizons, du Parti radical et Parti radical de gauche et de députés de centre-gauche et centre-droit. Elle est notamment co-rapporteure du projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et l'économie circulaire. Elle est membre de la commission Affaires culturelles et éducation.

Pendant le mandat (2017-2022) :

• 162 semaines d'activité

• 287 présences en commission avec 493 interventions

• 403 amendements proposés

• 4 rapports signés

• 98 propositions de loi signées

• 59 questions écrites soumises au gouvernement

Xavier Batut (ex-LREM, 10e circonscription)

Les cantons de la 10e circonscription : cantons de Bois-Guillaume (sauf communes d'Anceaumeville, Bihorel, Bois-Guillaume et Isneauville), Luneray (sauf communes de Beautot, Gueutteville et Saint-Ouen-du-Breuil), Le Mesnil-Esnard (5 communes), Neufchâtel-en-Bray (29 communes), Saint-Valery-en-Caux (58 communes) et Yvetot, commune d'Eslettes.

Adhérent de LREM à partir de 2016, Xavier Batut a créé le comité de soutien LREM d'Yvetot. Il est élu au second tour en battant Stacy Blondel (Front national) avec 61,72 % des voix. C'est son premier mandat d'élu. Mais en février 2020, le député quitte LREM dénonçant le manque d'horizontalité du parti. Il est membre de la commission Défense.

Pendant le mandat (2017-2022) :

• 123 semaines d'activité

• 196 présences en commission avec 58 interventions

• 246 amendements proposés

• 2 rapports signés

• 95 propositions de loi signées

• 80 questions écrites soumises au gouvernement

Xavier Batut fait partie des députés qui ont proposé le plus d'amendements au cours des 12 derniers mois. Néanmoins, il est le député cauchois le moins présent en commission ou dans l'hémicycle.

• Toute l'actualité des législatives en Normandie est à retrouver ici.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
[Infographies] Législatives 2022. Assiduité à l'Assemblée : quel bilan pour les députés de Seine-Maritime ?