En ce moment : MIDDLE OF THE NIGHT - ELLEY DUHE Ecouter la radio

Rabodanges. Ludovic Baeschler, capitaine à la barre du bateau Val d'Orne

Sortie. C'est le seul capitaine d'un bateau qui navigue dans le département de l'Orne. Ludovic Baeschler est revenu là où il avait grandi.

Rabodanges. Ludovic Baeschler, capitaine à la barre du bateau Val d'Orne
Depuis déjà onze ans, l'ancien champion de Normandie de ski nautique Ludovic Baeschler promène 15 000 touristes chaque année sur le lac de Rabodanges, à bord de son bateau Val d'Orne.

"J'ai fait une carrière internationale dans les rotatives de presse. C'était entre 280 et 350 jours par an à l'étranger. J'en ai eu ras-le-bol, j'ai voulu retrouver mes racines. Aujourd'hui, j'ai 58 ans et cela fait 11 ans que je suis le propriétaire de la société Val d'Orne qui exploite le bateau éponyme et le restaurant La Rotonde, au lac de Rabodanges." Ainsi se présente Ludovic Baeschler, celui qui, dans son costume de capitaine du bateau Val d'Orne, accueillait avant la Covid-19 quelque 15 000 touristes à son bord chaque année.

Rêve de gosse

Ludovic Baeschler est né à La Vespière (Calvados), mais dès l'âge de quatre ans, il était sur le lac de Rabodanges. Son père lui a transmis le virus du ski nautique et, de 7 a 25 ans il a enchaîné les championnats de Normandie et de France. C'est ici que Ludovic Baeschler venait s'entraîner. IL a été sacré 17 fois champion de Normandie. Une quarantaine d'années plus tard, après avoir sillonné la planète, il a opéré un retour aux sources. "Quand tu étais petit, tu voulais habiter autour du lac de Rabodanges" lui a rappelé sa mère lorsqu'à 47 ans, il a repris la société Val d'Orne. "Quelque part, j'ai réussi mon rêve", sourit le capitaine. Rabodanges est un lac artificiel, créé en 1959 par la construction d'un barrage pour produire de l'électricité. 63 ans plus tard, il en produit toujours, pour alimenter l'équivalent d'une ville comme Falaise (Calvados), qui compte plus de 8 000 habitants. Le lac est bordé de terres qui appartiennent à de multiples propriétaires privés. Avantage : il n'y a que très peu de constructions.

"Le summum, ce sont
nos croisières de nuit"

"On a des prés, les vaches, les oiseaux, ça reste très naturel. Le summum, ce sont nos croisières de nuit, durant lesquelles il est fréquent que nos projecteurs surprennent des animaux de la faune sauvage : chevreuils, sangliers, perdrix", explique Ludovic Baeschler. Son bateau à la coque en aluminium a été construit dans l'Orne, à Sées. "En avril 2011, la société qui l'exploitait était à vendre, je l'ai achetée et j'ai changé de vie." Il se retrouve alors aux commandes d'un bateau et d'un restaurant. "Je n'allais pas me mettre aux fourneaux, j'ai une équipe pour la restauration. En revanche, j'aime bien parler avec les gens dans plusieurs langues, mes anciennes activités professionnelles m'avaient permis de maîtriser la gestion financière et celle du personnel et mes déplacements incessants m'ont permis de constater ce qui allait bien, et ce qui n'allait pas dans les restaurants."

Capitaine du bateau

Il a fallu apprendre à piloter Val d'Orne. "J'avais déjà mon permis fluvial plaisance et, en accéléré, pendant un an, j'ai dû me former, aller à l'école à Saclay pour devenir pilote d'un bateau de plus de 12 mètres apte à transporter plus de 15 personnes. La priorité, c'est la sécurité, la gestion des pannes, d'un éventuel incendie… " Après 18 mois très perturbés par la Covid, "on n'est pas encore sur quelque chose de comparable à 2019, mais l'agenda 2022 du Val d'Orne se remplit à nouveau, les autocaristes reviennent, se réjouit le quinquagénaire. On est au-delà d'un taux de remplissage de 60 % pour les autocaristes." Ce sont eux qui en semaine amènent les retraités pour des croisières, des goûters ou des déjeuners à bord . Le week-end, une clientèle familiale prend leur place.

Plus d'infos: valdorne.com

Tout savoir sur le Val d'Orne

Rabodanges. Tout savoir sur le Val d'Orne
Sur le pont arrière du bateau Val d'Orne.

Le bateau de croisière Val d'Orne navigue sur le lac de Rabodanges.

Le Val d'Orne

Un bateau pour des croisières gastronomiques

Le Val d'Orne mesure 23,5 mètres, pèse 41 tonnes. Il est propulsé par deux moteurs de 100 chevaux, plus un moteur qui produit de l'électricité pour alimenter les projecteurs lors des croisières nocturnes. Son pont inférieur largement vitré peut accueillir 86 couverts. "On est sur du fait maison et on privilégie du local. La force de Val d'Orne, c'est le cadre, mais c'est aussi une restauration de qualité", vante Ludovic Baeschler. Le pont supérieur, découvert, peut accueillir 84 personnes pour les vins d'honneur, par exemple lors de mariages.

Un environnement partagé

Sur les 110 hectares du lac
de Rabodanges

Il y a du ski nautique, du canoë, de l'aviron, du paddle, de la pêche, bientôt des barques électriques. Au milieu de tout cela, le Val d'Orne fait un trajet de sept kilomètres, "à 14 kilomètres/heure, mais la vitesse lors des repas n'est que de 5 km/h, il y a des règles à respecter, ça se passe bien. C'est comme si je conduisais un semi-remorque entouré de bicyclettes et il me faut au minimum 32 mètres pour arrêter le bateau", précise son capitaine.

À quai à cause de la Covid

La pandémie a très impacté l'activité du Val d'Orne

"Même avec le statut de transport fluvial de passagers, comme des repas sont servis à bord, nous avons dû rester à quai pendant deux périodes de six mois, entre lesquelles on a perdu les autocaristes. La disette a duré 18 mois, car le problème d'un bateau, même s'il reste amarré à son embarcadère, c'est qu'il coûte de l'argent", explique Ludovic Baeschler. Le chauffage continue de fonctionner, toutes les semaines il faut faire tourner les moteurs durant plusieurs heures. En 18 mois d'arrêt, le bateau a quand même consommé 3 800 litres de gasoil !

2022 et la reprise d'activité

Le mois de mai marque le début de la saison estivale

Si Val d'Orne navigue du 1er février au 23 décembre, c'est en ce mois de mai qu'il reprend un rythme "estival" avec les croisières, les repas ou les goûters à bord, mais aussi la saison des mariages, des baptêmes et des communions. "On a même fêté un divorce sur le bateau !", se rappelle son capitaine, avec parfois jusqu'à 150 personnes et sept membres d'équipage à bord. Après la Covid, 2022 commence sous de meilleurs auspices.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Rabodanges. Ludovic Baeschler, capitaine à la barre du bateau Val d'Orne