En ce moment : J'ETAIS PAS LA - BIGFLO & OLI Ecouter la radio

Basket (L2F). À l'USO Mondeville, 50 ans d'esprit de famille et d'exploits sportifs

Basketball. Pour les 50 ans de l'USO Mondeville, quelques anciennes gloires du club ont accepté d'ouvrir la boîte à souvenirs.

Basket (L2F). À l'USO Mondeville, 50 ans d'esprit de famille et d'exploits sportifs
La joueuse franco-américaine KB Sharp a participé à écrire les plus belles pages de l'histoire récente de l'USO Mondeville. - Bellenger-Lecocq-IS-FFBB

Caroline Mallon-Lanfant (intérieure,
de 1994 à 1998)

"Ce club, c'était avant tout un esprit de famille. Encore plus que dans les autres clubs où je suis passée avant. À l'époque, on jouait à Jean-Maurice, dans la petite salle, mais on la remplissait et il y avait un pot à la fin avec tout le monde. On ne pourrait plus faire ça maintenant ! Aujourd'hui, avec les filles, on se retrouve encore au moins une fois dans l'année, même si c'est plus difficile avec les étrangères. Pour moi, le meilleur souvenir reste quand même la montée dans l'élite. Quand on jouait contre des grosses équipes comme Bourges, on était un peu comme des gamines, mais il y avait un vrai plaisir de jouer entre nous. D'ailleurs, je participerai au match de gala à la fin de la saison. Ce sera un super souvenir !"

Caroline Aubert (meneuse,
de 2003 à 2010)

"C'est une histoire toute particulière car Mondeville et moi, on peut dire que nous avons grandi ensemble. Hervé Coudray m'a donné la possibilité de jouer vraiment, ce qui n'était pas le cas dans mon ancien club. À mon arrivée, on était un club de milieu de tableau et moi, j'étais une meneuse qui n'avait rien prouvé. Après, on a joué l'Euroligue et je suis devenue internationale. C'est aussi spécial car c'est ici aussi que j'ai rencontré mon mari, qui était préparateur au sein du club. J'y ai toujours des amis et j'ai toujours l'impression, notamment quand je reviens pour les trois joueuses du club que je représente en tant qu'agent, que je suis toujours chez moi, à Mondeville."

KB Sharp (arrière ou meneuse, de 2010
à 2013 puis de 2014 à 2017)

"Le meilleur moment, pour moi, c'était ma dernière saison, en 2017, quand on a fini 5e de LFB alors que personne ne nous attendait. Nous, on croyait en nous, on jouait relâchées, on a battu Bourges à la maison… Je me sentais en famille, c'est un club qui nous mettait en confiance parce qu'il fallait faire de notre mieux, mais sans pression. On était dans les meilleures conditions pour jouer et moi, ça m'a permis de me mettre en valeur et de signer à Bourges ensuite. Cette année, les plans ont changé parce que je suis tombée enceinte, mais j'avais vraiment envie de venir aider le club à remonter. En plus, je voulais rejouer pour Romain (Lhermitte, l'entraîneur, NDLR) que je considère comme mon petit frère. Oui, il est plus vieux que moi, mais comme il est plus immature… (rires). J'espère vraiment qu'ils vont remonter !"

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Basket (L2F). À l'USO Mondeville, 50 ans d'esprit de famille et d'exploits sportifs