En ce moment : WE ARE THE PEOPLE (FEAT U2) - MARTIN GARRIX Ecouter la radio

[Portrait] Caen. Clément Cotentin, dans l'ombre de son frère Orelsan

Musique. Vendredi 15 octobre, un documentaire sur la vie d'Orelsan sort sur Amazon Prime. Il a été réalisé par son frère, Clément Cotentin.

[Portrait] Caen. Clément Cotentin, dans l'ombre de son frère Orelsan
Clément Cotentin, frère d'Orelsan, a réalisé un documentaire retraçant vingt ans de carrière du rappeur caennais. Quand il était petit, il était déjà fasciné par son aîné.

Aurélien Cotentin, ça vous parle ? C'est pourtant le vrai nom d'Orelsan. Clément, c'est son petit frère. Ils sont inséparables. Nés dans la ville préfecture de l'Orne, les deux frères ont toujours partagé les mêmes passions : le foot, le skate… et surtout le rap. "Quand on habitait à Alençon, notre rêve, c'était d'aller voir un match au stade d'Ornano", sourit Clément qui avait lancé le premier site "non-officiel" des Rouge et Bleu pendant ses années lycée.

"Je posais des congés pour pouvoir filmer le quotidien de mon frère"

En 1998, année de la Coupe du monde, la famille déménage à Caen. Traîner au terrain de basket et au skatepark faisait partie de leur quotidien. Mais ça, c'était avant qu'Orelsan rencontre Skread et Gringe, ses deux amis, et qu'il débute son incroyable carrière de rappeur. "Je l'ai filmé lors de ses premiers plateaux hip-hop à Bayeux et à Saint-Lô", rembobine avec fierté Clément. Il était persuadé que ça allait fonctionner. "Suivre mon frère, c'était mon 'hobby'. Je posais des congés et des vacances pour filmer Orel', c'était comme ma deuxième vie." Armé d'une simple caméra au départ, il a finalement décidé de monter un documentaire vingt ans plus tard. Montre jamais ça à personne sort ce vendredi 15 octobre sur Amazon Prime. "L'objectif est de mettre en lumière les choses qui éclairent sa musique. Pour Orelsan, un album est un cycle. Chaque épisode marque une époque. C'est comme un voyage dans le rap français." Deux mille heures de tournage ont été nécessaires pour monter les six épisodes. "Le dérush a été extrêmement long. Je voulais tout garder." Il a pu compter sur Christophe Offenstein, le co-réalisateur, pour l'accompagner et prendre du recul. "Enlever l'affect et les souvenirs que j'avais a été le plus difficile. Des moments importants pour moi étaient anodins pour d'autres. Ma mission, c'était de ne surtout pas perdre une cassette."

Clément Cotentin raconte sa grande aventure

2 000 heures de tournage

Cette grande aventure, elle ne s'est pas improvisée du jour au lendemain. "Je voulais raconter l'histoire de mon frère et de ses potes dès le début de sa carrière. Mon grand frère m'a fasciné très vite. Je ne cache pas qu'il y a eu des hauts et des bas dans ma motivation." Le moment opportun est arrivé il y a deux ans. Clément a quitté son emploi de journaliste à Canal + pour se consacrer pleinement à la création du documentaire. "J'avais envie de leur faire un petit cadeau", évoque celui qui avait réussi à se faire une place dans le groupe de copains de son aîné. Un documentaire qui se veut naturellement simple. Basique.

Recevez l'actualité gratuitement
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
[Portrait] Caen. Clément Cotentin, dans l'ombre de son frère Orelsan