En ce moment : CLAP YOUR HANDS - KUNGS Ecouter la radio

Yvetot. Lubrizol : la direction des pompiers de Seine-Maritime veut rassurer

Après la mobilisation très importante des sapeurs-pompiers de Seine-Maritime lors de l'incendie de l'usine Lubrizol, à Rouen (Seine-Maritime), le commandement a tenu une conférence de presse, mercredi 2 octobre 2019, à Yvetot pour faire le point sur le suivi médical des agents.

Yvetot. Lubrizol : la direction des pompiers de Seine-Maritime veut rassurer
L'intervention à l'usine Lubrizol a mobilisé 276 sapeurs-pompiers le jour de l'incendie dont certains se sont plaints de symptômes. - Sdis 76

Après l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime), plusieurs sapeurs-pompiers ont fait part de leurs inquiétudes quant aux conditions dans lesquelles ils sont intervenus, avec des moyens de protection qui n'auraient pas toujours été adaptés aux circonstances.

Des analyses sanguines

"L'inquiétude de nos agents est certes légitime, mais nous tenons à les rassurer", a expliqué le commandant Chris Chislard, porte-parole du Service départemental d'incendie et de secours (Sdis) de la Seine-Maritime, lors d'une conférence de presse, mercredi 2 octobre 2019 à Yvetot.

Un suivi de l'exposition des agents "à cette possible toxicité des fumées" est mis en place. Les sapeurs-pompiers ont été destinataires de deux communiqués de la part de la direction du Sdis, "dont une lettre envoyée lundi à tous les agents qui sont intervenus sur le sinistre", poursuit le commandant pour expliquer les suites qui seront données après l'incendie.

Les agents ont subi des analyses sanguines pour connaître leur exposition. "Le Service départemental d'incendie et de secours ne cachera pas à ses agents les résultats obtenus par ces analyses sanguines", affirme le porte-parole du Sdis. Il ajoute que, lorsqu'un employeur demande des analyses sanguines, leurs résultats doivent être envoyés à l'employeur et non au salarié. Les résultats sont ensuite transmis au pompier lorsqu'il a été "visé par un médecin du service de santé de notre établissement".

Six pompiers accompagnés

Concernant les équipements mis à disposition des pompiers, "ils étaient bien porteurs d'appareils respiratoires isolants", et non de "masques en papier", affirme le commandant Chris Chislard. "Ils avaient bien les équipements suffisants pour intervenir sur ce début de sinistre". Pour la suite de l'intervention, un zonage a été mis en place, avec selon les cas, "un équipement de protection individuel [...] ou parfois des masques papiers filtrants pour les particules".

"Certains des agents ont pu avoir, le premier jour, quelques effets réversibles parce qu'ils se sont exposés de courte durée à une toxicité des fumées", poursuit le porte-parole du Sdis. Six sapeurs-pompiers ont été identifiés comme ayant présenté ces symptômes, "un accompagnement individuel a eu lieu", mais ils ne sont pas en arrêt de travail.

Enfin, le commandant Chris Chislard précise que les tenues des pompiers n'ont pas été brûlées, mais "isolées pour être traitées", puisqu'elles pourraient avoir été souillées par de l'hydrocarbure ou de l'amiante. "Trois tenues ont été analysées et ont montré l'absence d'amiante."

(Avec Marjolaine Margue du Courrier cauchois)

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Yvetot. Lubrizol : la direction des pompiers de Seine-Maritime veut rassurer