Amiante : les agents de la cité administrative de Rouen exposés ?

Amiante : les agents de la cité administrative de Rouen exposés ?

Près de 1200 personnes travaillent quotidiennement dans la cité administrative Saint-Sever. © Tendance Ouest

Le
Par : Aurélien Delavaud

La question oppose depuis quelques semaines les agents de la cité administrative Saint-Sever, à Rouen (Seine-Maritime), et la préfecture qui gère ces services de l'État : les bâtiments présentent-ils un risque d'exposition à l'amiante pour ceux qui y travaillent ?

C'est presque un comble pour les agents de la Direccte, souvent amenés à parler des risques de l'amiante avec des entreprises privées. Comme d'autres services de l'État basés dans la cité administrative Saint-Sever, à Rouen (Seine-Maritime), les employés sont en conflit avec la préfecture depuis quelques semaines. En cause : une exposition inacceptable à cette particule dangereuse, selon les représentants des quelque 1 200 agents que comptent ces locaux des bords de Seine.

Désaccord avec la préfecture

Selon Gérald Le Corre, membre du Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de la Direccte, le problème de l'amiante est connu de longue date dans certains matériaux de ces bâtiments construits dans les années soixante et 70. Mais ce sont maintenant les fenêtres qui créent de nouveaux problèmes car "l'administration savait au moins depuis juillet 2013 que les joints étaient amiantés et n'a pas prévenu les représentants du personnel et les organisations syndicales du risque pour les agents et le public reçu dans les locaux".

"Sur 18 prélèvements, l'amiante a été retrouvée à chaque fois dans les joints", ajoute Gérald Le Corre. La préfète de région et de Seine-Maritime, Fabienne Buccio, ne remet pas totalement en cause ce point. Mais elle affirme que, selon les résultats d'analyses dont elle dispose, "il y a une présence d'amiante inerte, mais qui ne présente aucun risque tant qu'on n'y touche pas".

"On est dans le déni d'un risque qui existe"

Une réaction qui dérange les représentants syndicaux. "Il y a de l'amiante, mais il n'y a pas de risque, ironise Gérald Le Corre. Pour des questions budgétaires, on est dans le déni d'un risque qui existe. On peut débattre de la hauteur du risque, mais on aimerait que la préfète nous dise sur la base de quelle expertise, de quel médecin ou de quel ingénieur elle avance des choses pareilles."

Des travaux doivent être réalisés pour changer les fenêtres d'ici à 2022, mais les travailleurs de la cité administrative demandent que ce chantier soit avancé "sans pour autant jeter de l'argent par les fenêtres". En attendant de renouer le dialogue avec la préfecture, une pétition a été lancée. "Mais si on n'a pas de garanties sur le recouvrement rapide de ces joints, il va y avoir d'autres formes de mobilisation", conclut Gérald Le Corre.


1234
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques