En ce moment : PLEASE PLEASE PLEASE - CATS ON TREES Ecouter la radio

Régionales 2015 : la petite histoire d'un malheureux tweet politique

C'est une petite anecdote dans la grande histoire de la réunification de la Normandie : un tweet posté par le compte du parti politique Les Républicains en région, au soir de la victoire d'Hervé Morin à la tête de la région, et adressé à plusieurs représentants politiques. Parmi eux, Hélène Mialon-Burgat a tenu à y répondre.

Régionales 2015 : la petite histoire d'un malheureux tweet politique

"Félicitations pour votre brillante branlée", disait le court message certes pas très politiquement correct, adressé à Nicolas Mayer-Rossignol, candidat malheureux de ces élections, comme à plusieurs représentants politiques.

Parmi les destinataires, la conseillère régionale Hélène Mialon-Burgat a répondu à la petite pique dans un communiqué : elle énumère la démocratie, les élus et la Normandie, "é-Branlés", dit-elle avec ironie, par la faillite de la classe politique et la progression du Front National. Elle, est "à peine effleurée" en revanche, par le tweet en question.

Du côté des Républicains, on admet une "bêtise" postée après "une soirée tendue", et qui n'est resté qu'un quart d'heure en ligne.

Une petite anecdote, donc, mais qui ne concourt pas à redorer le blason des groupes politiques.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Régionales 2015 : la petite histoire d'un malheureux tweet politique