En ce moment : CONTROL - ZOE WEES Ecouter la radio

Aide à domicile : "Il n'y a pas de solution miracle" selon Pascal Martin

Alors que le tribunal administratif décidera jeudi 17 septembre du sort de l'ADMR 76, plus gros opérateur associatif d'aide à domicile en Seine-Maritime, le président du Conseil Départemental Pascal Martin se dit "prêt à faire des offres de service" à l'association tout en se refusant à augmenter une nouvelle fois le coût horaire.

Aide à domicile : "Il n'y a pas de solution miracle" selon Pascal Martin
Pascal Martin refuse une nouvelle augmentation du coût horaire.

Les 1500 salariés de l'ADMR 76 retiennent leur souffle. Jeudi 17 septembre, le tribunal administratif décidera du sort de l'association, en grande difficulté financière. Une procédure de redressement judiciaire devrait être entamée. La situation, aujourd'hui, est grave : les 1500 salariés de l'association n'ont pas été payés en août.

"L'ADMR joue un rôle déterminant"

Du côté du Conseil Départemental, compétent sur l'aide sociale, on se dit "prêt à faire des offres de services pour accompagner la direction actuelle sur la question de la maîtrise des coûts ou sur un éventuel audit. L'ADMR a toute sa place et joue un rôle déterminant dans l'aide à domicile". Mais son président Pascal Martin se refuse à augmenter une nouvelle fois le coût horaire des agents, déjà augmentés à deux reprises en 2014. "Ce n'est pas la solution idéale qui règlerait tous les problèmes", assure-t-il.

Et l'élu de rappeler les efforts faits par le Département depuis plus d'un an. "En 2014, il a augmenté deux fois le coût horaire. En juillet dernier, nous avons fait une avance de 900 000€ pour aider à verser les salaires de septembre." Sans compter les 17 millions d'euros annuels versés par le Département à l'ADMR au titre de l'allocation personnalisée d'autonomie. Des aides qui font dire à Pascal Martin qu'on "ne peut faire au Département un procès en désinteressement, mais nos marges de manoeuvres sont quasi inexistantes".

L'ADMR 76, qui aide 9000 bénéficiaires, est notamment victime de la concurrence du privé sur un marché très porteur. Dans le seul département, 98 structures feraient de l'aide à domicile.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Pour aller plus loin
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Aide à domicile : "Il n'y a pas de solution miracle" selon Pascal Martin