En ce moment : AS IT WAS - HARRY STYLES Ecouter la radio

Haïti : la solidarité mondiale

Les USA accaparent l’aide à Haïti, mais la France et l’Union européenne ne se laissent pas écarter.

Haïti : la solidarité mondiale
Vingt millions d'euros (dont la moitié versée à l'ONU), sans compter le coût des moyens militaires de sauvetage : c'est le montant de l'aide d'urgence débloquée par la France - à ce jour - pour venir en aide à la population d'Haïti frappée par le tremblement de terre du 12 janvier. Près de 700 personnes ont été envoyées par Paris au secours des Haïtiens. Deux bâtiments de la Marine nationale, le Sirocco et le Francis-Garnier, devaient arriver sur place cette semaine.
Le 17 janvier, Nicolas Sarkozy a obtenu de Barack Obama le lancement d’une conférence internationale pour la reconstruction d’Haïti, de concert avec le Brésil et le Canada ; la première réunion de ce projet devait se tenir à Montréal le 18 janvier. C’est peut-être le signe d’une “détente” dans l’épreuve de force opposant aux humanitaires français les militaires américains, qui avaient pris le contrôle de l’aéroport de Port-au-Prince… Ces derniers étaient allés jusqu’à hisser la bannière étoilée sur la tour de contrôle de l’aéroport, ce qui avait suscité la colère du président haïtien Préval et sa protestation auprès de la Maison Blanche.
Les Américains interdisant l’atterrissage des avions de matériel français et européens, et entravant ainsi les secours, il fallut une pression de Paris sur Washington pour obtenir la réouverture de l’aéroport à l’aide venant du reste du monde : une protestation officielle a été remise aux Etats-Unis le 18 janvier par le secrétaire d’Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, après le refoulement d’un avion français apportant un hôpital de campagne. “Haïti a besoin d’une aide, pas d’une occupation”, a dit Joyandet.
Après quoi Bernard Kouchner (inconditionnel des USA) a cru devoir démentir le récit de Joyandet.

“Trop peu”
La coopération de tous les pays n’est pourtant pas de trop, compte tenu de la crise effrayante où se trouve actuellement la population de l’île. Paniqués par l’absence de ravitaillement dans les premiers jours, une partie des Haïtiens se sont livrés à des pillages et des émeutes. Les distributions de vivres ont été gênées et ralenties par ces affrontements, souvent sanglants… “Nous sommes trop peu et les gens sont désespérés, nous avons l’ordre de ne pas tirer sur eux sauf si c’est indispensable”, expliquait un porte-parole du gouvernement local le week-end dernier.
Sans doute plus de cent mille morts, des cadavres entassés dans les rues, des antennes chirurgicales de fortune : face à ce désastre sans précédent, l’Union européenne promettait cette semaine 400 millions d’euros et une force de sécurité (surtout des gardes civils espagnols) venant épauler la faible police haïtienne. Le Quai d’Orsay a mis en place deux numéros de téléphone d’urgence : 01 45 50 34 60 et 08 10 00 63 30.
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Pour aller plus loin
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Haïti : la solidarité mondiale