En ce moment : Texas hold'Em (PI) - Beyonce Ecouter la radio

En ce moment
abonnement

Rouen. Un rapport pointe l'insécurité nocturne pour les étudiants

Violence. La Feder, première association d'étudiants de Rouen, publie les résultats d'un questionnaire sur l'insécurité nocturne dans la ville de Rouen, révélant de nombreuses agressions, mais aussi des pistes d'amélioration.

Rouen. Un rapport pointe l'insécurité nocturne pour les étudiants
Selon le constat dressé par la Feder, la plupart des violences se déroulent la nuit, en grande majorité dans la rue (96,1 %).

Le résultat du questionnaire de la Fédération des étudiants rouennais (Feder), la première association d'étudiants de Rouen, n'a pas directement de valeur scientifique, les réponses ne se faisant que sur la base du volontariat. Il dresse malgré tout un constat édifiant de l'insécurité réelle et ressentie par les étudiants de Rouen et son agglomération.

Sur 1 187 réponses, dont 69,3 % de femmes, 72,7 % des sondés disent avoir déjà été victimes de violences diverses. En premier lieu viennent le harcèlement de rue (82,2 %), les agressions verbales (65,7 %), puis même les agressions physiques (22,8 %), les violences sexuelles (15,8 %) ou encore les vols à la tire (10 %).

L'organisation étudiante pointe aussi du doigt les problèmes de la soumission chimique, c'est-à-dire le fait d'être drogué à son insu, soit par des substances versées dans le verre, soit par injection. "Nous préconisons de mettre des protections de verre, que nous avons pu subventionner, tout comme la Ville de Rouen, indique Ibtissam Madi, vice-présidente des affaires sociales à la Feder. Il ne faut pas rester seul, alerter, mais c'est très compliqué de se prémunir de ces problèmes." D'autant que la prise en charge des victimes n'est pas toujours adaptée.

La plupart des violences remarquées se déroulent la nuit, en grande majorité dans la rue (96,1 %), mais aussi dans les transports en commun et les établissements de nuit. Les lieux les plus concernés sont ceux du centre-ville rouennais, là où se trouvent les établissements de nuit ainsi que dans le quartier Saint-Sever ou celui des Hauts de Rouen.

Trop peu de dépôt de plainte

"Si les victimes s'en sentent capables, il faut porter plainte, même si cela peut-être difficile", note Ibtissam Madi, alors que le rapport relève que très peu de faits de violence sont suivis d'un dépôt de plainte. "Seulement 9 % des victimes ont signalé les faits", indique le rapport, qui pointe dans les témoignages le temps passé au commissariat et certaines expériences malheureuses des victimes. "Des personnes ont été questionnées sur la tenue qu'elles portaient, ou sur leur sexualité pour des faits de violences sexuelles…"

• Lire aussi. Rouen. Insécurité nocturne : population et forces de l'ordre à bout

Des pistes d'amélioration

Face au constat, l'organisation étudiante souhaite désormais pouvoir proposer des solutions en lien avec la Ville de Rouen, partenaire du questionnaire.

L'application Umay, qui permet de signaler des mauvais comportements dans la rue, peut permettre un travail plus ciblé de la police municipale. La brigade de nuit de cette police doit d'ailleurs être opérationnelle au mois d'avril. "On a 2 000 téléchargements au niveau de la Ville, mais il faut aller au-delà, plaide Adrien Naizet, en charge de la jeunesse et de la vie étudiante pour la Ville de Rouen. Ces chiffres vont nous permettre de bien calibrer les tournées et les patrouilles de cette brigade de nuit qui assure une présence sur l'espace public."

Des échanges sont aussi prévus avec les autorités médicales ou le réseau Astuce pour mettre en place de la prévention et de la communication sur ces problèmes d'insécurité. Des groupes de travail, avec les étudiants volontaires et la Ville, vont aussi se réunir dans les prochaines semaines pour réfléchir aux précautions à prendre, à la prévention et à la sécurisation de l'espace public, notamment.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Petites Annonces
Immobilier
Sud Portugal...
Sud Portugal... Granville (50400) 0€ Découvrir
Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) sur camping...
Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) sur camping... Saint-Jacut-de-la-Mer (22750) 0€ Découvrir
1 km mer, à louer chalet de 2 personnes, de 17 m² + salle d'
1 km mer, à louer chalet de 2 personnes, de 17 m² + salle d' Gouville-sur-Mer (50560) 0€ Découvrir
Gîte
Gîte Sainte-Mère-Eglise (50480) 67€ Découvrir
Automobile
Caravane GRUAU Tradition 40 CP
Caravane GRUAU Tradition 40 CP Rouen (76000) 2 500€ Découvrir
Renault Megane
Renault Megane Coutances (50200) 2 000€ Découvrir
Vends Mercedes Classe A
Vends Mercedes Classe A Argences (14370) 29 000€ Découvrir
Tiguan
Tiguan Hérouville-Saint-Clair (14200) 9 900€ Découvrir
Bonnes affaires
Armoire ancienne
Armoire ancienne Caen (14000) 0€ Découvrir
Pots de buis
Pots de buis Caen (14000) 0€ Découvrir
Vide maison
Vide maison Cauvicourt (14190) 0€ Découvrir
Billard Charles X
Billard Charles X Saint-Contest (14280) 2 500€ Découvrir
L'application mobile de Tendance Ouest
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
Votre horoscope du dimanche 21 avril
Les jeux de Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
Rouen. Un rapport pointe l'insécurité nocturne pour les étudiants