En ce moment : 1,2,3 (FEAT HATIK) - AMEL BENT Ecouter la radio

Près de Caen. Ils ont changé de vie pour fabriquer des prénoms 

Société. Marie Herrero et son conjoint Arnaud Thomas ont tout quitté pour lancer leur propre activité, dans l'agglo de Caen.

Près de Caen. Ils ont changé de vie pour fabriquer des prénoms 
Marie Herrero et Arnaud Thomas avec leurs créations de prénoms en bois et tricotin. 

Le confinement a eu son lot d'effets négatifs. Pour certains, ça a été un déclic. C'est le cas d'Arnaud Thomas. Ce Caennais d'origine a travaillé 18 ans en tant que codeur informatique. "C'est un métier qui me plaisait, mais lors du confinement, je travaillais chez moi, je n'avais plus vraiment de lien avec mon entreprise, il manquait quelque chose", confie-t-il. Le quadragénaire a donc diversifié ses journées entre code et travail du bois avec une scie à chantourner. Il s'est mis à réaliser des prénoms en bois, qui ont rejoint ceux proposés par sa compagne Marie Herrero, en tricotin. "La création a toujours fait partie de mon monde, indique la jeune femme. C'était toujours en arrière-plan parce que j'avais ce qu'il me fallait sur le pan professionnel." Après de longues études, Marie Herrero, originaire du sud-ouest de la France, a travaillé dans la chimie. Dernièrement, elle était à Nestlé à Creully avant de se reconvertir totalement. "À la naissance des enfants, la déco nous a intéressés et le tricotin s'est avéré une évidence, alors j'en ai fait pour ma famille, mes amis, puis j'en ai mis à la vente sur des plateformes." Ces prénoms dédiés principalement aux chambres d'enfants ont rapidement eu du succès. Avec "Monsieur", le surnom qu'elle donne à son conjoint, ils ont décidé de créer leur propre site "et ça a vraiment bien pris. En voyant que ça marchait, j'ai arrêté la chimie et je suis partie là-dedans." Désormais, le couple travaille de chez lui, un environnement qui convient tout à fait à Marie Herrero : "C'est un luxe de pouvoir travailler à domicile. C'est la liaison parfaite entre la vie pro et perso." Cependant, la place commence à manquer, et les deux artisans ne diraient pas non à une pièce de plus. Il faut dire que les commandes affluent, et la période de Noël qui approche y est pour beaucoup. "Sur un an, on est à peu près à 200 commandes par mois et là, nous sommes dans une période de pic, donc on impose une limite de ventes par jour."

Aucun regret

Avoir une entreprise à soi "n'est pas toujours évident", et les jeunes parents font beaucoup plus d'heures que lorsqu'ils étaient salariés : "Lorsque Monsieur va chercher les enfants à l'école, j'en profite pour avancer sur mes tricotins. Quand ils rentrent, on joue ensemble, puis au moment où ils vont se coucher, on s'y remet."

Cette liberté, Marie Herrero ne la regrette absolument pas : "Je suis à ma place et ça n'a rien à voir avec le statut d'employé. Je suis contente de moi", sourit-elle. Les deux jeunes entrepreneurs ont encore plein de projets. Manque, désormais, un peu plus de temps.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Près de Caen. Ils ont changé de vie pour fabriquer des prénoms