En ce moment : SACRIFICE - THE WEEKND Ecouter la radio

Le-Havre. Ligue 2 : Pour Oswald Tanchot, le HAC est à sa place

Le Havre AC, 7e, n'a rien à espérer de son dernier match de la saison face à Lorient (Morbihan), vendredi 17 mai 2019 au Stade Océane (Seine-Maritime). Le coach Oswald Tanchot revient sur cet exercice 2018-2019 marqué par l'irrégularité chronique de son équipe. Et répond, avec beaucoup de retenue, sur le flou qui entoure son avenir et celui de son staff.

Le-Havre. Ligue 2 : Pour Oswald Tanchot, le HAC est à sa place
Oswald Tanchot sera-t-il toujours l'entraîneur du HAC la saison prochaine ? - Tendance Ouest

Ce dernier match de la saison face à Lorient n'est pas celui dont vous rêviez…

"Quand on a fait notre série de trois victoires, on avait l'espoir d'avoir un match à enjeu. Mais là, ce sera juste une 38e journée avec l'envie de terminer la saison sur un bon match, en essayant de prendre du plaisir."

Si on vous dit que le HAC , 7e, est à sa place, vous êtes d'accord ?

"Oui. Dans beaucoup de registres, on se rend compte qu'on est une équipe de ce niveau-là. On aurait pu donner une autre connotation à notre saison sur certains matchs. Mais on n'a pas su négocier ceux qui auraient pu nous permettre de faire la bascule."

S'il fallait retenir un tournant dans la saison, l'élimination à Vitré en Coupe de France pourrait sans doute être celui-là. On a senti une fracture à partir de ce moment-là.

"Je l'avais évoqué avec le staff et j'avais dit que ce match pouvait avoir plus de conséquences qu'on imaginait sur le championnat. On était dans une très bonne dynamique. Après cette élimination pas glorieuse, on a eu des difficultés à repartir. On était aussi dans une période de fin de mercato. Un mercato d'hiver qui a été une fois de plus un élément négatif pour nous. Cet épisode Harold (Moukoudi) nous a pris beaucoup d'énergie et de temps pour, finalement, ne pas solutionner ce dossier."

La saison se termine dans le flou total au niveau des joueurs et du staff. On ne sait pas du tout avec qui le club va repartir…

"Je pense que les gens travaillent et ne sont pas encore dans la phase de communication et d'annonce. Ça ne veut pas dire qu'ils ne font rien. Ce sont ces gens-là qui donneront le coup d'envoi de la prochaine saison et de l'intersaison. C'est vrai qu'on va finir cette saison-là avec pas mal d'incertitudes. Mais on est professionnel et on doit faire abstraction de ça."

Sentez-vous de la part de la direction l'envie de continuer avec vous ?

"Euh… Faut leur demander."

Mais vous, quel est votre ressenti ?

"Je ne vais pas commenter des choses alors que je n'ai rien de tangible à vous dire. On a entendu plein de choses depuis plusieurs mois. Il faut parfois se boucher les oreilles, rester concentré et mettre son cas personnel derrière celui de tous les autres."

Le directeur général Pierre Wantiez, que vous avez rencontré cette semaine avec l'ensemble du staff, vous a-t-il rassuré ?

"Je n'ai pas besoin d'être rassuré. Il ne m'a pas apporté de garantie, mais ce n'est pas ce que j'attends."

Votre volonté est-elle de poursuivre avec le HAC ?

"Je parlerai avec les gens quand ce sera le moment, avec tous les éléments de réflexion et toutes les prises de décision. Aujourd'hui, on ne peut pas encore dire qu'on est dans la phase de réflexion parce qu'il y a beaucoup d'inconnues. Et ces inconnues-là, il faut les lever. La première d'entre elles, c'est le staff (il reste un an de contrat à Oswald Tanchot alors que tous les autres membres du staff arrivent en fin de contrat)."

Pourquoi la direction ne donne-t-elle pas d'explication ?

"Je ne peux pas répondre à leur place. Ils doivent être en train de travailler sur leur organisation, tout simplement. Ils doivent réfléchir, se mettre dans une situation de projection sur la saison prochaine avant d'annoncer des choses concrètes."

Ça veut dire que, samedi matin, les gens partiront, notamment votre staff, et que potentiellement, on les rappellera en juin pour leur dire de revenir…

"Sans doute. Il semblerait qu'on se dirige vers ça. Maintenant, les gens en fin de contrat sont sur le marché et ils ont des postulants, je pense."

"L'échec est à remettre en perspective"

Craignez-vous que la direction soit en train de gagner du temps parce qu'elle est sur un autre entraîneur et un autre staff ?

"Comme je l'ai dit, je ne crains rien. Ma première pensée va vers mon staff. J'aurais aimé que ces gens-là, qui se sont investis, qui ont fait preuve de conscience professionnelle, d'honnêteté et d'un investissement total, aient juste une vision plus claire avant de partir en vacances. Pour savoir quoi dire à leur famille. Ce n'est pas une situation idéale, je pense que les dirigeants en sont conscients. On va faire le taf jusqu'à la 38e journée. Après, les choses ne nous appartiennent plus trop."

Si jamais votre aventure au HAC devait s'arrêter là, auriez-vous le sentiment de partir sur un échec ?

"L'échec est toujours relatif et les victoires éphémères. Si on prend juste l'objectif d'accéder à la Ligue 1, oui, c'est un échec. Mais l'échec est à remettre en perspective par rapport à plein de choses. C'est plutôt dans l'évolution de la mentalité de l'équipe que j'aurais espéré faire mieux, notamment concernant cette incapacité à être régulier et à se sublimer plus souvent. Je savais qu'on était perfectible dans ce domaine, que le club avait des manques depuis bien longtemps. On a su le faire par moments, mais sur la durée, on a retrouvé les mêmes maux. Et ça, pour moi, c'est un échec parce que je n'ai pas su inverser cette tendance."

Vous a-t-on seulement donné tous les moyens pour atteindre l'objectif Ligue 1 ? Quand on voit le recrutement et la gestion du cas Moukoudi, on peut se poser des questions, non ?

"Je laisse les gens avoir leur propre opinion. Je ne vais pas juger. Ce n'est pas une période où il faut tirer le bilan comme ça. Il y a des choses où j'ai été entendu, d'autres pas. Globalement, pour aller en Ligue 1, avant de parler des joueurs et des moyens, il faut déjà et avant tout avoir un état d'esprit particulier, une osmose, une empathie totale dans le club. Il faut plein de choses qui rejaillissent sur un élan collectif, une dynamique de club. C'est tellement dur d'accéder à la L1. C'est long et parfois douloureux. Il faut d'abord se mettre dans cet esprit de faire des sacrifices à tous les niveaux."

HAC - FC Lorient, 38e et dernière journée de Ligue 2, vendredi 17 mai 2019 à 20 h 45 au Stade Océane du Havre.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Le-Havre. Ligue 2 : Pour Oswald Tanchot, le HAC est à sa place