En ce moment : BEAUTIFUL JAMES - PLACEBO Ecouter la radio

Munich (Allemagne) (AFP). Ukraine: Merkel et Hollande défendent l'option de la dernière chance

...

Munich (Allemagne) (AFP). Ukraine: Merkel et Hollande défendent l'option de la dernière chance
Le président ukrainien Petro Porochenko, la chancelière allemande Angela Merkel et le vice-président américain Joe Biden le 7 février 2015 à Munich - AFP
L'initiative présentée à Moscou par Angela Merkel et François Hollande pourrait être "une des dernières chances" de ramener la paix en Ukraine mais il n'est pas "certain" qu'elle aboutisse, ont prévenu samedi les deux dirigeants. "Il n'est pas certain que ces discussions aboutissent () mais cela vaut le coup d'essayer", a lancé Mme Merkel à la Conférence sur la sécurité de Munich alors que les tirs de roquettes ont repris sur Debaltseve (est), où l'armée ukrainienne est prise en tenailles, après une courte trêve vendredi. "C'est une des dernières chances", a pour sa part prévenu le président François Hollande, de retour en France. "Si nous ne parvenons pas à trouver un accord durable de paix, nous connaissons parfaitement le scénario: il a un nom, il s'appelle la guerre". Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a jugé pour sa part qu'il existait de "bonnes raisons d'être optimiste" après les discussions de vendredi au Kremlin. "Nous estimons qu'il est tout à fait possible d'avoir des résultats et de tomber d'accord sur des recommandations qui permettront aux deux côtés de vraiment dénouer le conflit", a-t-il ajouté à Munich. Poursuivant sa course contre la montre diplomatique, avant de nouvelles discussions dimanche soir avec Moscou, Mme Merkel a rencontré en marge de la conférence le président ukrainien Petro Porochenko et le vice-président américain Joe Biden. Confronté à une situation militaire et économique désastreuse, M. Porochenko est sous pression face aux séparatistes, qui réclament plus d'autonomie et la prise en compte des gains territoriaux de ces dernières semaines dans les négociations. Il lui revient maintenant de s'entendre avec M. Poutine sur les concessions qu'il est prêt à faire en échange de garanties sur l'intégrité territoriale de l'Ukraine, selon le quotidien Sueddeutsche Zeitung citant des sources proches des négociations. Aux Etats-Unis, les appels se multiplient pour livrer des armes à l'armée ukrainienne afin de rééquilibrer le rapport de forces sur le terrain où les rebelles sont activement soutenus par Moscou en hommes et équipements, selon les Occidentaux. - Impressionner Poutine ? - Cette option, même si elle n'a pas été validée pour l'heure par le président Barack Obama, a accentué les craintes d'un embrasement total aux portes de l'UE. "Ce conflit ne peut être réglé militairement", a martelé la chancelière, prise à partie par plusieurs "faucons" anglo-saxons, dont l'ancien ministre de la Défense britannique Malcolm Rifkind, qui lui a demandé si "une diplomatie sans armes, ce n'est pas comme de la musique sans instrument". "Je ne vois pas en quoi un meilleur équipement de l'armée ukrainienne impressionnerait le président Poutine () Cela conduira plutôt à plus de victimes", a-t-elle dit. M. Lavrov, qui doit rencontrer dans l'après-midi son homologue américain John Kerry, a averti qu'un tel scénario "ne ferait qu'accélérer la tragédie". Le général américain Philip Breedlove, commandant des troupes de l'Otan en Europe, a défendu pour sa part "l'option militaire" aux côtés de la diplomatie et des sanctions, plus spécifiquement l'envoi d'armes visant à contrebalancer les faiblesses de Kiev en matière "d'artillerie et de communication". Les négociations visent à remettre sur les rails le protocole d'accord signé par Kiev et les rebelles à Minsk en septembre 2014 qui prévoyait un cessez-le-feu immédiat et le retrait des "groupes armés illégaux, des armes lourdes et de tous les combattants et mercenaires du territoire ukrainien". Après un semblant d'accalmie à la fin 2014, les affrontements entre rebelles prorusses et armée ukrainienne ont regagné en intensité depuis le début de l'année, faisant des centaines de morts. En dix mois de conflit, 5.300 personnes ont été tuées, selon l'ONU. La rencontre de MM. Poutine, Hollande et Mme Merkel a permis d'avancer vers la rédaction d'un document visant à mettre fin au conflit. Les trois dirigeants doivent faire le point dimanche avec M. Porochenko, dans un entretien téléphonique.
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Pour aller plus loin
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Munich (Allemagne) (AFP). Ukraine: Merkel et Hollande défendent l'option de la dernière chance