En ce moment : TOUT SAVOIR - ADE Ecouter la radio

Ces élus qui exportent la Normandie dans le monde

De retour d'un voyage en Chine et au Japon, les élus locaux ne cessent de promouvoir la Normandie dans le monde. Attirer touristes et entrepreneurs de l'autre bout du monde dans notre belle région, tel est l'enjeu.

Ces élus qui exportent la Normandie dans le monde
Si les touristes japonais sont déjà bien présents en Normandie, les Chinois restent à conquérir.

Qui l’eût cru ? Hier quasiment absente du marché chinois, la Normandie se fait aujourd’hui une place au soleil dans le cœur des professionnels touristiques, économiques et politiques du pays le plus peuplé du monde. À tel point qu’un tour operator chinois, accueillant le président de la Région Nicolas Mayer-Rossignol et son homologue de la Métropole Frédéric Sanchez il y a quelques jours, leur déclama un poème sur la Normandie : “Il nous a dit en substance qu’avant, pour lui, la Normandie c’était la guerre et qu’aujourd’hui, c’était la paix et la sérénité”,  expliquent les deux élus.

Place forte touristique


Si ces vers relèvent plus de l’anecdotique, ils constituent un symbole important : la Normandie, et plus particulièrement la Haute-Normandie, est aujourd’hui bien présente sur le marché asiatique. En voyage officiel au Japon et en Chine, les responsables locaux avaient deux objectifs : maintenir les relations avec les entreprises et les professionnels touristiques déjà implantés en Normandie et en attirer de nouveaux.

Nicolas Mayer-Rossignol résume la situation : “La Normandie est déjà la 4e région de France au niveau touristique au Japon. Pour la Chine, nous sommes moins identifiés à ce jour, mais lorsque l’on sait qu’un touriste chinois consomme en moyenne 1 500 € par séjour, on voit que le potentiel est énorme.”


Touristiquement, la Normandie se développe effectivement très vite sur le marché asiatique. Pour les Japonais, Jeanne d’Arc, l’impressionnisme, les jardins de Giverny ou le Mont-Saint-Michel sont déjà prisés et font de la région une marque forte dans le monde. Pour les Chinois, la donne change : “La Chine, c’est un vieux pays avec une histoire de plusieurs millénaires. Ce qui les intéresse, c’est l’Histoire, le patrimoine, Jeanne d’Arc”, explique Nicolas Mayer-Rossignol. “Nous leur avons montré le Panorama récemment, cela leur a beaucoup plu", ajoute Frédéric Sanchez.


Mais que ce soit pour les uns ou pour les autres, les responsables locaux se battent pour promouvoir la Normandie. “Quand ils arrivent à Roissy, ils ne doivent pas venir tout de suite à Paris mais d’abord à Rouen, à Giverny, au Mont-Saint-Michel”, développe Guy Pessiot, président de l’Office Rouen Normandie Tourisme et vice-président de Offices de Tourisme de France. Nicolas Mayer-Rossignol renchérit : “Ce que nous leur disons, c’est qu’en visitant Paris, ils connaissent Paris, mais pas la France. En visitant Paris et la Normandie, ils auront une idée plus représentative de ce qu’est la France.”


Reste le territoire économique, encore à défricher. De nombreuses entreprises japonaises sont aujourd’hui présentes en Haute-Normandie, à commencer par Toshiba à Sotteville. Mais les investisseurs chinois sont encore trop rares. Haiyan Zhang, directeur de l’Institut Confucius, qui prépare les entrepreneurs français  à investir en Chine, résume la situation : “Il y a aujourd’hui plus d’entreprises françaises en Chine que le contraire.”

Un effort économique


Comment faire alors pour que ces échanges s’approfondissent ? La Normandie, Rouen et le Havre en particulier, ont des atouts. “HAROPA a été classé meilleur port européenn par la presse chinoise spécialisée. Les ports du Havre et de Rouen sont, pour les Chinois, des portes d’entrée en Normandie, en France et en Europe”, souligne Nicolas Mayer-Rossignol. Cet atout naturel doit donc être exploité. L’Institut Confucius s’apprête justement à développer un projet pour “accompagner les start-up en Chine”, selon Haiyan Zhang. 

Reste qu’aujourd’hui, tout n’est pas optimal dans les relations économiques entre notre région et la Chine : “La France doit mieux se vendre. Nous sommes noyés dans l’immensité d’un pays”, avance Frédéric Sanchez, qui appelle les grandes agences de l’État à promouvoir la région. Ce que confirme le président de Région : “La Normandie a des savoir-faire, le tout est de le faire savoir.” À quand un poème chinois célébrant l’eldorado économique normand ?

Galerie photos
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Pour aller plus loin
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Ces élus qui exportent la Normandie dans le monde