En ce moment : LET SOMEBODY GO (FEAT SELENA GOMEZ) - COLDPLAY Ecouter la radio

La burqa : faut-il une loi ou pas ?

Une loi interdisant la burqa ? Hésitations dans la classe politique et dans l'opinion.

La burqa : faut-il une loi ou pas ?
Mardi 26 janvier devait être remis le rapport de la commission parlementaire sur le voile intégral. A partir de là, les députés sont censés décider d'une loi sur la 'burqa”, cette housse couvrant la femme de la tête aux pieds. Vêtement traumatisant pour les uns, machiste pour les autres, et dont on n'est même pas sûr qu'il soit vraiment islamique...
Devant l’incertitude des sociologues, des historiens, et même des imams, les élus sont perplexes eux aussi. D’autant que beaucoup aimeraient mieux ne pas finir par devoir voter pour ou contre ; vote qui risquerait de les rendre impopulaires auprès d’une partie de leurs électeurs.
Ainsi les députés socialistes : nombre d’entre eux imiteront leurs collègues membres de la commission, qui se déclarent abstentionnistes. Explication de Jean Glavany : “Le débat a été pollué par celui sur l’identité nationale et par l’initiative de Jean-François Copé”.
Ce dernier en effet, chef de file des députés UMP, avait lancé en décembre l’idée d’une interdiction générale de la burqa. Sans attendre les conclusions de la commission parlementaire…
Quelles devaient être ces conclusions ? De l’avis général, au début de cette semaine, elles allaient recommander le vote non d’une loi mais d’une “résolution” sur l’interdiction.
Nouvel outil politique (datant de la dernière réforme de la Constitution), la “résolution” sert à prendre une posture vis-à-vis de l’opinion, sans que cela ait d’effets politiques directs. C’est un texte parlementaire n’ayant aucune portée législative… Tout au plus la “résolution” peut-elle se doter de “préconisations”, dont certaines pourraient prendre la forme de lois particulières.
La majorité évite ainsi de prendre la responsabilité d’une loi générale, en un domaine qui lui paraît dangereux.Il y avait bien une solution : revenir aux dispositions d’avant-guerre, qui interdisaient tout masque sur la voie publique sauf en période de carnaval.
Mais le Conseil constitutionnel a fait savoir qu’il annulerait cette mesure si les élus s’avisaient de vouloir l’employer…

Pourquoi si timides ?
Pourquoi cette timidité des officiels ? Beaucoup de docteurs de l’islam soulignent pourtant que leur religion est évasive en la matière, et qu’un musulman ne peut monter sur ses grands chevaux à propos du voile.
On ne trouve pas de burqas en vente dans les boutiques islamiques en France, parce que ce vêtement afghan n’est ni une tradition arabe, ni un précepte coranique ! Le Coran ne demande même pas que les femmes se couvrent la tête : tout au plus qu’elles “aient un voile sur la poitrine” (sourate An-Nour, verset 31), ce qui n’est pas la même chose.
Dans ces conditions, on s’explique mal la circonspection de la classe politique en France et en Europe.
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Pour aller plus loin
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
La burqa : faut-il une loi ou pas ?