En ce moment : Mamma mia - Mentissa Ecouter la radio

En ce moment
abonnement

[Dossier]. La Normandie, nouvel eldorado de la vigne

Vin. La région normande est de plus en plus appréciée pour la production de vin. Ils ont fait le choix de se lancer dans la filière viticole pour la première fois.Une asso développe des randonnées pédestres pour découvrir l'héritage viticole normand.

[Dossier]. La Normandie, nouvel eldorado de la vigne
Édouard Capron s'est lancé dans la viticulture à Freneuse près de Rouen.

La Normandie est-elle une nouvelle terre viticole ? A priori, le vin n'est pas la boisson de référence de cette région. On l'associe plus naturellement au calvados ou au cidre. Selon Guillaume Mesnildrey, chargé de mission qualité et proximité à la Chambre d'agriculture de Normandie, plusieurs facteurs ont néanmoins favorisé le développement de la filière viticole dans le territoire normand. "À partir de 2015, dans le cadre de la réforme de l'organisation commune du marché, un outil de gestion sur la production viticole a permis de faciliter l'obtention d'autorisation de plantation." Il rappelle qu'avant cette modification, cela "n'était pas possible dans des régions non viticoles". Ce qui explique aussi cet engouement, ce sont "les reconversions professionnelles et un contexte climatique changeant, à la fois dramatique et favorable au développement de la viticulture". Ces éléments cumulés "font que le potentiel viticole normand va s'élargir dans les années à venir".

"On dit toujours que
la vigne doit souffrir"

Depuis 2015, l'association In vigno meritas a planté près de 1 431 pieds de vignes au Mont-Fortin, à Bois-Guillaume, près de Rouen. Plusieurs cépages blancs ont été choisis, le solaris, le gewurztraminer et le bacchus. "La vigne est capable de pousser sur n'importe quel sol. Elle est très tolérante. Si elle a un peu d'eau en dessous, elle devient exubérante et abondante", explique Philippe Rivals, président d'In vigno meritas. En 2022, des premières bouteilles de liqueur de raisin ont vu le jour. Du côté de Freneuse, près de Rouen, Édouard Capron, lui aussi viticulteur, a trouvé un terrain de deux hectares la même année. "Il fallait voir si ça allait pousser, si le degré de maturité des fruits était suffisant et ça a été le cas rapidement." Il s'est dirigé vers trois cépages : le fromentel aussi appelé pinot gris, le chenin et le pinot noir. "Contrairement aux agriculteurs, on cherche des sols assez pauvres. On dit toujours que la vigne doit souffrir. La concentration de la vigne permet d'avoir du bon raisin, et donc du bon vin." En 2022, il est allé plus loin en créant avec d'autres professionnels viticoles l'association Les vignerons de Normandie. "Je me suis rendu compte de l'intérêt de se regrouper pour s'entraider." L'association compte 47 adhérents issus des cinq départements normands.

Gérard Samson, pionnier
de la vigne normande

En 1995, Gérard Samson, Calvadosien, était l'un des premiers à croire au potentiel de la vigne en Normandie. Il crée sa propre exploitation, à Saint-Pierre-sur-Dives : Les Arpents du soleil. Aujourd'hui, il dispose d'une boutique en ligne pour vendre ses bouteilles. "C'est un précurseur car, avant lui, il n'y avait pas d'autres projets de ce type. À partir de 2015, plusieurs porteurs de projets se sont manifestés", révèle Guillaume Mesnildrey, de la Chambre d'agriculture de Normandie. Mais cela reste encore confidentiel. "Aujourd'hui, une vingtaine d'hectares est en production. En 2023 et en 2024, d'autres le seront aussi. On reste quand même sur une filière de niche."

"Produire du raisin, faire du vin, le commercialiser, ça demande des connaissances"

Seine-Maritime. "Produire du raisin, faire du vin, le commercialiser, ça demande des connaissances"
Édouard Capron est viticulteur en Seine-Maritime, à Freneuse, près de Rouen.

La viticulture intéresse de plus en plus les Normands, y compris les Seinomarins comme Édouard Capron, président de l'association des vignerons de Normandie.

En quelques années, une quarantaine de Normands se sont dirigés vers la viticulture pour produire leur propre vin. Édouard Capron, viticulteur à Freneuse, en fait partie. Avec son association des vignerons de Normandie, il propose de partager son expérience et de poser les bases d'une structuration de la filière dans la région.

Pourquoi la Normandie attire-t-elle 
les néoviticulteurs ?

Ce n'est pas si étonnant car, au Moyen-Âge, il y avait déjà des vignes en Normandie. Il y a eu beaucoup de reconversions professionnelles aussi, y compris la mienne. Les vignes se développent aussi en Angleterre et en Belgique, où le climat est similaire. On pourrait se dire l'inverse : pourquoi n'y en avait-il pas plus en Normandie ?

Comment se structure cette filière ?

Depuis le début, nous sommes soutenus par la Chambre d'agriculture de Normandie et la Région. Notre association permet aussi de structurer cette nouvelle filière. Ce qui est aussi important, c'est de se former pour savoir où l'on va. Produire du raisin, faire du vin et le commercialiser, ça demande des connaissances et donc d'être formé sur ces sujets.

En quoi la région est-elle favorable
aux vignes ?

Les modifications du climat ont pu jouer. Mais attention, il ne s'agit pas que de réchauffement climatique. Bien sûr que ce facteur a pu avoir un rôle bénéfique, mais il faut aussi penser à l'impact négatif qui concerne les gelées tardives par exemple. En Normandie par exemple, il faut éviter les marnières car trop riches en eau.

Ils se lancent tout juste dans la filière viticole 

Seine-Maritime. Ils se lancent tout juste dans la filière viticole 
Au total, 47 viticulteurs font partie de l'association des vignerons de Normandie. Édouard Capron en est le président.

La Normandie n'a jamais été réputée pour son vin et pourtant, depuis quelques années maintenant, plusieurs Seinomarins ont choisi de créer leur propre vin, comme Benoît Hue et ses huit amis, avec qui il s'est installé à Saint-Pierre-de-Manneville, près de Rouen.

Créer leur propre vin, c'est ce que souhaitent Benoît Hue et huit de ses amis. À l'origine, il est masseur-kinésithérapeute au Grand-Quevilly, près de Rouen. Mais de fil en aiguille, il s'intéresse au milieu viticole. "Depuis plusieurs années, je fais des dégustations de vin. L'idée a mûri, les confinements se sont enchaînés et je me suis penché sur le sujet", raconte-t-il. "Gérard Samson nous a inspirés, c'est le premier à avoir eu des vignes en Normandie, livre Benoît Hue. Et en plus, il y a eu le réchauffement climatique. Le climat du sud commence à venir chez nous, en Normandie, et on espère qu'il nous soit favorable."

"Le climat du sud commence
à venir chez nous"

Il y a un an et demi, "on a trouvé un terrain à Saint-Pierre-de-Manneville et, en novembre, on a commencé à planter nos pieds de vignes". Après des analyses de sol effectuées, "nous avons choisi comme cépage le chardonnay, comme en Bourgogne. Au total, on a planté 4 000 pieds". Dans ce projet, certains se sont investis financièrement, d'autres ont décidé de mettre la main à la pâte pour entretenir 1,6 hectare, dont 0,8 est occupé par les vignes. Mais avant d'obtenir du vin, ils doivent encore s'armer de patience. "Il faut attendre entre trois et quatre ans pour espérer avoir quelques bouteilles." En plus d'entretenir ses vignes, Benoît Hue est aussi le vice-président de l'association des vignerons de Normandie. Avec Édouard Capron, président de la structure, ils ont eu l'idée d'associer leurs savoirs. "Pour l'instant, on essaie de faire des tests et, avec l'association des vignerons, on tente de trouver les cépages les plus adaptés à notre région." Jean-Charles Lévêque, qui travaille dans l'informatique, dans une société d'assurance, fait aussi partie du projet viticole de Saint-Pierre-de-Manneville. "Je savais déjà que certains particuliers possédaient des vignes, mais je ne savais pas que du vin pouvait être produit en Normandie."

C'est son ami Benoît Hue qui lui a parlé de cette nouvelle filière viticole normande. "Je ne me serais pas lancé tout seul alors, quand il m'en a parlé, je n'ai pas hésité." Depuis le mois de novembre, les neuf passionnés sont plus motivés que jamais à entretenir leurs vignes. "On y est allés le week-end de Pâques pour une séance de désherbage et le mois d'avant pour tailler les pieds", précise Benoît Hue. Mercredi 12 avril, certains se sont réunis pour "s'occuper du palissage prévu en mai. C'est le fait de mettre des piquets sur lesquels les vignes s'appuieront et se développeront". Il y a un an, l'Euroise Axelle Piednoël s'est aussi prise de passion pour l'aventure viticole. Elle a créé son propre domaine, appelé Leprince, à Bourg-Achard. L'an passé, au mois d'avril, elle plantait d'ailleurs ses premières vignes. Récemment, sur un poste Facebook datant du 9 avril, elle indiquait avoir planté 2 500 nouveaux pieds de deux cépages différents, le sauvignac et le soreli. Pour ces néo-vignerons, l'enjeu est de taille : tout inventer dans une filière encore peu présente dans la région et sans cahier des charges particulier.

Des chemins pédestres pour parler de nature, de vignes et de biodiversité

Seine-Maritime. Des chemins pédestres pour parler de nature, de vignes et de biodiversité
Marc Servais, membre de l'association In vigno meritas, montre fièrement un plant de vigne planté sur le Mont-Fortin à Bois-Guillaume.

L'association In vigno meritas de Bois-Guillaume a mis en place trois circuits pédestres avec deux autres structures rouennaises, Les Amis des fleurs 76 et le Rotary Rouen Collines.

Miser sur les vignes normandes, c'est le pari des associations In vigno meritas, Les Amis des fleurs 76 et le Rotary Rouen Collines. Preuve de leur engouement pour ce sujet viticole, elles ont créé trois circuits pédestres : Rouen centre, sur les collines de Rouen et Bacchus entre Terre et Mer. Le dernier sera inauguré samedi 13 mai. Il passera par Isneauville, le Chai à vin près du port maritime de Rouen et par les vignes du Mont-Fortin situées à Bois-Guillaume.

"Il y a des effigies de Bacchus"

Comme dans de nombreuses régions, la présence romaine en Normandie a permis le développement de la viticulture. "Au Moyen-Âge, Rouen a été le premier port de vin à deux périodes", rappelle l'association. Aujourd'hui, il reste des traces de cette histoire dans l'art. "La vigne est présente dans l'histoire de Rouen, dans les églises et dans les musées. Il y a des effigies de Bacchus, dieu du vin romain", affirme Stéphane Ducuing, adhérent à l'association In vigno meritas et au Rotary Rouen Collines. "Pendant les circuits, il faudra chercher des indices." Un livret a été créé avec des plans pour aider les promeneurs à se repérer. "Ils vont aussi pouvoir découvrir nos vignes", se réjouit Marc Servais, membre d'In vigno meritas. Samedi 13 mai, le départ de la randonnée Bacchus entre Terre et Mer est prévu à la mairie d'Isneauville, à 9 heures. L'occasion de valoriser les vignes rouennaises avant l'Armada.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Petites Annonces
Immobilier
La Bresse, dans les Vosges...
La Bresse, dans les Vosges... La Bresse (88250) 0€ Découvrir
Plestin-les-Grèves, département 22 en Bretagne, à St-Efflam, loue meublés...
Plestin-les-Grèves, département 22 en Bretagne, à St-Efflam, loue meublés... Plestin-les-Grèves (22310) 0€ Découvrir
loue maison de pêcheur meublée...
loue maison de pêcheur meublée... Le Tréport (76470) 0€ Découvrir
Charmant et spacieux studio
Charmant et spacieux studio Vence (06140) 770€ Découvrir
Automobile
Peugeot Partner Totem Clim 1,6l HDI 16V 75 ch
Peugeot Partner Totem Clim 1,6l HDI 16V 75 ch Val-d'Arry (14210) 4 500€ Découvrir
Caravane GRUAU Tradition 40 CP
Caravane GRUAU Tradition 40 CP Rouen (76000) 2 500€ Découvrir
Renault Megane
Renault Megane Coutances (50200) 2 000€ Découvrir
Vends Mercedes Classe A
Vends Mercedes Classe A Argences (14370) 29 000€ Découvrir
Bonnes affaires
Perdu pendendif
Perdu pendendif Petit-Couronne (76650) 0€ Découvrir
Vends machine à coudre ancienne à pédale
Vends machine à coudre ancienne à pédale Bonsecours (76240) 50€ Découvrir
Colonne de salle de bain
Colonne de salle de bain Rouen (76000) 120€ Découvrir
Meuble de cuisine
Meuble de cuisine Luc-sur-Mer (14530) 1 000€ Découvrir
L'application mobile de Tendance Ouest
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
[Dossier]. La Normandie, nouvel eldorado de la vigne