En ce moment : HITS and NEWS RADIO - TENDANCE OUEST Ecouter la radio

Caen. Des pierres comme s'il en pleuvait… L'étrange histoire de la rue hantée

Faits Divers. C'était il y a 125 ans. Une rue hantée en plein centre de Caen. Qu'en reste-t-il aujourd'hui ? Nous sommes allés sur place.

Caen. Des pierres comme s'il en pleuvait… L'étrange histoire de la rue hantée
Les faits de hantise touchant la rue Montmorency à Caen se seraient produits à la mi-novembre 1897, il y a exactement 125 ans. Des pluies de pierre se sont abattues sur l'une des maisons de cette rue tranquille proche du viaduc de Calix. Les riverains nous ont accueillis. - Philippe Bertin

Christine endort et réveille chaque jour ses patients. Elle est anesthésiste à la polyclinique du Parc, au sud de Caen. Rue Montmorency, là où elle vit depuis plusieurs années avec son mari, Pascal, kinésithérapeute et conseiller municipal à Caen, les murs ont des oreilles… et pourraient bien, eux aussi, se réveiller !

C'est qu'à l'endroit même où le couple a fait construire sa propriété, il s'est passé de bien curieuses choses autrefois… On parle dans les gazettes de la fin du XIXe siècle d'un étrange phénomène : une pluie de pierres dans le jardin de la famille Mouillard, les anciens propriétaires, lointains prédécesseurs de ceux qui vivent désormais sur place. Les archives que nous avons retrouvées évoquent une rue et une maison hantée, avec des phénomènes paranormaux très bizarres. Vous avez dit bizarre ? Cela s'est passé à la mi-novembre 1897, il y a donc 125 ans.

SOS fantômes,
le curé appelé à la rescousse !

Les faits rapportés dans les journaux de l'époque font froid dans le dos, on se croirait dans un film d'épouvante. "Des pierres sont projetées et ont brisé neuf carreaux de la fenêtre de la cave et un de la porte d'entrée donnant sur un jardin enclos de murs sans qu'il ait été possible de voir la personne qui les lance." Les pierres tomberaient du ciel, comme par magie. La police, alertée, se rend sur place mais ne voit rien… sauf à constater que de gros cailloux débarquent en effet sans crier gare dans la propriété de la petite rue Montmorency.

Les journaux locaux commencent à en faire un feuilleton à rebondissement. La question se pose : la maison de la famille Mouillard est-elle hantée, victime d'un mauvais œil ? Ouvrons l'œil, les journaux envoient sur place leurs envoyés spéciaux et c'est très spécial : "Les pierres, rapporte le Moniteur du Calvados dont nous avons retrouvé une copie, tombaient dru comme de la grêle et on ne voyait personne. il paraît difficile de penser que de l'endroit et de la façon dont les pierres tombent, elles soient lancées par des voisins ou des passants."

L'histoire devient moins drôle lorsque l'on apprend que la propriétaire, à bout de nerfs, en tombe malade. SOS fantômes… rue Montmorency, le curé de la paroisse est invité à se rendre sur place. Et sur place, la petite rue devient aussi fréquentée qu'une station de métro à l'heure de pointe. Un jour, près de 2 500 personnes viennent pointer le bout de leur nez. Chiffre confirmé par la police municipale de l'époque qui, soit dit en passant, a fort à faire avec les curieux, dont certains, effrayés par les histoires de sorcellerie, manifestent "bruyamment" leur colère, traitant de fous furieux les propriétaires de la bâtisse, accusés d'être eux-mêmes de vilains sorciers.

Le crapaud d'Harry Potter et les passe-
murailles des anciennes religieuses !

L'étrange manège digne d'Harry Potter va durer encore quelque temps, jusqu'à ce qu'un contre-sort soit lancé sur la maison : quelqu'un, sans doute un ancien élève de l'école de Poudlard, y déposa un sac contenant… un crapaud ! Le batracien fit ses offices puisqu'en sa présence, les jets de pierre stoppèrent net. Chapeau, le crapaud pas beau !

La maison hantée a disparu, remplacée par une jolie bâtisse contemporaine. Seul le jardin clos de mur est encore là. La plupart des maisons du quartier sont conçues de la même façon, avec de beaux parterres à l'arrière. Martine et Gilbert, des voisins qui vivent là depuis longtemps, ont l'explication : ces beaux jardins étaient ceux, autrefois, des religieuses de l'Abbaye aux Dames. Chaque parcelle communiquait entre elles. Les vestiges passe-muraille sont encore visibles. Si ces portes pouvaient parler, peut-être raconteraient-elles ces étranges pluies de pierre… ?

On y revient toujours : les murs ont des oreilles.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Pour aller plus loin
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Caen. Des pierres comme s'il en pleuvait… L'étrange histoire de la rue hantée