En ce moment : Laisse aller ton corps - ZAOUI Ecouter la radio

Caen. Une maison islandaise projetée sur les bords de l'Orne

Art, Culture. Depuis vendredi 21 octobre, les passagers nocturnes du pont de Bir-Hakeim à Caen sont intrigués par une maison rouge et verte projetée sur la végétation. L'artiste Sophie Laly à l'origine du projet nous explique tout.

Caen. Une maison islandaise projetée sur les bords de l'Orne
Une maison projetée sur le pont de Bir-Hakeim à Caen. - Sophie Laly

Mais qu'est-ce donc que cette chose qui se reflète le soir sur les arbres bordant l'Orne, à proximité du pont de Bir-Hakeim à Caen ? Depuis vendredi 21 octobre, les usagers peuvent distinguer une maison, œuvre de l'artiste originaire d'Arras, Sophie Laly. Intitulée Fading #7, - puisqu'il s'agit de sa septième vidéoprotection en France -, la demeure projetée sera présente jusqu'au vendredi 4 novembre prochain.

"C'est une maison islandaise", rapporte l'artiste plasticienne. Lors d'un voyage il y a quelques années, elle est interloquée par l'isolement des demeures du pays. Elle décide alors d'en prendre certaines en photo, et de leur donner vie, d'une certaine manière. "Il n'y a pas spécialement de message derrière la maison, poursuit-elle. L'idée c'est de remémorer l'esprit de cabane aux passants, cet endroit où tout est possible quand on est enfant. Avec cette projection chacun se raconte son histoire, et appréhende le lieu d'une autre façon en se créant un souvenir."

Fading #7 commence à peine à se dévoiler lorsque le soleil tire sa révérence.  - Sophie Laly

Ayant déjà exposé à Cognac, Arles ou sur le lac d'Annecy, Sophie Laly n'avait pas forcément coché Caen sur son programme. Mais c'est Cathe­rine Mene­ret, directrice adjointe du Centre chorégraphique de Caen qui la contacte. "C'est elle qui m'a suggéré ce pont, affirme la Nordiste. J'ai pu voir que c'était un endroit important de la Ville, de transition pour les gens allant ou revenant du travail." Le soir du repérage, une dame assez âgée passe et explique à l'artiste qu'elle avait appris à nager ici, lieu de l'ancienne base nautique. "C'est ce que je cherche, réveiller des instincts, transfigurer le paysage pour regarder le connu autrement."

Une technique toute simple

L'œuvre se dévoile aux passants grâce à un vidéoprojecteur, programmé pour s'activer au tout début du crépuscule. L'idée était de faire disparaître la maison avec le lever du soleil, mais Sophie Laly reconnaît que "ce serait assez mal venu, vu le contexte, de faire tourner l'appareil toute la nuit." Extinction des feux à une heure du matin donc.

Sophie Laly

L'image projetée est comme une anamorphose, qui se construit et déconstruit en fonction du déplacement du spectateur. "Il faut être à un endroit précis pour apercevoir l'image globale", avertit Sophie Laly. Désormais, vous n'emprunterez plus le pont de Bir-Hakeim de la même manière !

Galerie photos
Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Caen. Une maison islandaise projetée sur les bords de l'Orne