En ce moment : Je te donne - Jean-Jacques GOLDMAN Ecouter la radio

Le Havre. Camille Lecointre et Jérémie Mion en route pour les JO de Paris 2024

Voile. Camille Lecointre et Jérémie Mion rodent leur nouveau duo. Ils disputeront les mondiaux de dériveur 470 fin octobre en Israël.

Le Havre. Camille Lecointre et Jérémie Mion en route pour les JO de Paris 2024
Jérémie Mion et Camille Lecointre, en plein entraînement à Marseille, le plan d'eau où se dérouleront les épreuves des JO. - Jérémie Mion

Ils seront LE couple de sportifs havrais à suivre dans les prochaines années. "C'est moi la vraie Normande !", corrige d'emblée Camille Lecointre, avec malice. Elle est native d'Harfleur. Jérémie Mion, lui, est né à Paris : "Personne n'est parfait", admet-il dans un sourire. Petite, sa coéquipière découvre les flots avec les cours d'optimist sur le bassin du commerce du Havre. Elle prend ensuite en 2001 la direction d'un cursus sport-études à Brest. De son côté, notre collégien parisien vient régulièrement pratiquer sa passion dans la cité Océane. Avant de s'y installer à la fin du lycée, en 2007, et de décider de faire de la voile son métier.

"Le régal de naviguer ensemble"

Les deux amis de longue date ne s'associent que très récemment. Quand le dériveur 470 devient cette année une discipline mixte, ça colle immédiatement. Chacun loue l'engagement de son nouveau binôme. Mention spéciale pour Camille, qui n'hésite pas à "déménager sa famille de Brest à Marseille", insiste Jérémie. Et d'une même voix, le duo parle d'"écoute", de "très bon feeling" et d'un "régal de naviguer l'un avec l'autre".

D'anciens concurrents devenus alliés

Comme dans tous les nouveaux couples, ils ont eu leur lot d'"ex" par le passé. Et dans cette discipline, on trouve souvent d'anciens alliés désormais opposés. "En plus, raconte Jérémie, moi, j'étais avec Kévin Péponnet et Camille avec Aloïse Retornaz, et on a échangé." Seul notre tandem havrais reste d'actualité. L'ancien partenaire de Jérémie a arrêté le 470. "Les équipages se font et se défont pour les olympiades. Il peut y avoir de l'amitié, mais ça reste professionnel", résume Camille.

L'entraînement est intensif depuis la fin août, terme du congé maternité de Camille, qui a donné naissance en mai à son deuxième enfant. "Le terrain de jeux est vraiment sympa" à Marseille, estime Jérémie. Ce même plan d'eau servira pour les épreuves des JO. Au menu, en plus des sessions sur l'eau, les réglages du bateau et une préparation physique commune dans le cadre magnifique des calanques.

Les mondiaux en Israël
pour jauger la concurrence

Nos Havrais ont deux ans pour préparer Paris 2024. Cela commence fin octobre avec les mondiaux de 470 à Stod Yam (Israël). Histoire, selon Jérémie, de "se mettre direct dans le grand bain !". "Une première étape", tempère Camille.

L'épreuve permettra de se situer par rapport à la concurrence et de dessiner les entraînements de l'hiver.

C'est quoi le dériveur 470 ?

pas de chapo

Du loisir vers l'olympisme dès 1976

Commençons par l'explication de ce chiffre : 470. On dit aussi "quatre-sept". Le fait que ce dériveur en double mesure 4,70 mètres n'y est pas étranger. D'abord navire de loisir, pour la promenade ou la régate locale, il devient très vite populaire en France et en Europe, puis dans le monde. Classe nationale dans un premier temps, il est érigé au rang de discipline olympique dès 1976 pour les hommes, et à partir de 1988 pour les dames. Les JO de Paris 2024 feront souffler dans les voiles des embarcations le vent moderne de la mixité homme-femme. Les épreuves seront disputées sur le plan d'eau de Marseille.

Prendre les bonnes décisions à deux

"Il faut que l'on apprenne à fonctionner ensemble. Chacun a son rôle", explique Camille. Elle est barreuse, Jérémie est équipier. Les bonnes décisions tactiques et techniques doivent absolument être prises à deux pour faire avancer le bateau. "On peut s'aider et se sublimer. On peut aussi détruire la confiance de l'autre en un instant", résume le Havrais. Une parfaite entente est, en outre, particulièrement précieuse lors des longues séries de régates. Mais aussi face aux rebondissements, avec la "medal race" en conclusion, qui sont possibles jusqu'au dernier moment.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Le Havre. Camille Lecointre et Jérémie Mion en route pour les JO de Paris 2024