En ce moment : NOS PLUS BELLES ANNEES (FEAT KIMBEROSE) - GRAND CORPS MALADE Ecouter la radio

Alençon. Les salariés de la Fondation Anaïs réclament du personnel et des primes

Manifestation. Une mobilisation a réuni, jeudi 2 décembre, des salariés de la Fondation Anaïs, qui s'occupe de personnes handicapées.

Alençon. Les salariés de la Fondation Anaïs réclament du personnel et des primes
Quelque cent vingt salariés (selon la police) ont manifesté devant le siège de la Fondation Anaïs à Alençon, alors que d'autres étaient en grève dans leurs établissements.

Tensions sociales à la Fondation Anaïs, qui s'occupe depuis 1954 de personnes handicapées ou dépendantes. Jeudi 2 décembre, des salariés qui réclament des primes ont manifesté dans certains établissements et devant le siège social situé à Alençon. Alors que deux réunions de négociations salariales annuelles ont abouti sur une réponse négative de l'entreprise, la mobilisation s'est déclinée dans les établissements de quatorze départements, de Paris à Fleury-les-Aubray (Loiret) en passant par Ancenis (Loire-Atlantique) ou Vire (Calvados).

Devant le siège à Alençon

La mobilisation a aussi eu lieu devant le siège de la Fondation à Alençon, où quelque 120 salariés de l'Orne (La Chapelle-près-Sées, Sées, Gacé, La Ferté-Macé, Perrou, Domfront), mais aussi venus de Mézidon (Calvados), Thorigné-sur-Dué ou Sougé-le-Ganelon (Sarthe), Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loire) se sont réunis pour réclamer davantage de revenus, notamment avec prime "Ségur" et prime "pouvoir d'achat", comme annoncé par le gouvernement. Les demandes portent aussi sur davantage de personnel pour faire face à des conditions de travail dégradées. "Dans l'Ehpad où je travaille, il n'y a plus d'infirmière, qui est en burn-out. Les aides-soignantes doivent faire lingères et femmes de ménage, et les agents de service sont parfois contraints de distribuer les médicaments aux résidents. On fait des horaires en coupé, on prend le service à 8 heures le matin, jusqu'à 21 heures. Hier, on était quatre pour assurer le service et s'occuper de soixante-deux patients", témoigne Valérie, une aide-soignante qui, face à cette situation, comme deux autres de ses collègues, a décidé de quitter l'entreprise.

Ecoutez ici le témoignage d'une aide-soignate:

Les précisions d'Anaïs

Contactée par Tendance Ouest, la direction d'Anaïs précise qu'elle a la volonté de payer au plus vite la prime "inflation" de 100 €, si possible dès décembre 2021, mais qu'à ce jour elle n'a toujours pas reçu les modalités à respecter pour effectuer ces paiements. Concernant la prime "pouvoir d'achat", elle explique l'avoir payée l'an dernier, mais que ses financeurs (Conseil départemental et État) n'ont pas voulu la financer. La Fondation a alors dû puiser dans ses ressources propres. Une situation qu'elle ne veut pas revivre cette année, la Fondation expliquant être tributaire de ses financeurs.

Les salariés d'Anaïs sont appelés à participer à une prochaine journée nationale de mobilisation du secteur santé-social le mardi 7 décembre.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Alençon. Les salariés de la Fondation Anaïs réclament du personnel et des primes