En ce moment : PAS LE COEUR A LA FETE - LA ZARRA Ecouter la radio

En questions. Octobre rose : "Il faut lâcher prise quand on a un cancer" prône cette Cherbourgeoise

Maladie. Catherine Audoux a eu un cancer du sein en 2014, puis a récidivé en 2018. Depuis, la Cherbourgeoise et présidente de l'association Après cancer ressources écoute activités (ACREA) accompagne une soixantaine d'adhérents. Interview.

En questions. Octobre rose :
Catherine Audoux, présidente de l'association ACREA à Cherbourg, suit aujourd'hui un traitement de chimiothérapie oral. Malgré tout, elle dit "vivre normalement" et essaye de s'occuper l'esprit autant que possible. 

Touchée par un cancer du sein en 2014, la Cherbourgeoise Catherine Audoux est aujourd'hui présidente de l'association Après cancer ressources écoute activités (ACREA).

Comment avez-vous découvert que vous aviez un cancer du sein ?

J'ai découvert en 2014 une petite boule que j'avais au sein. J'ai consulté ma gynécologue qui n'y croyait pas trop. La mammographie que j'ai passée s'est avérée négative. Et c'est à l'échographie qu'on a découvert que j'avais un cancer. Je conseille aux femmes de se faire accompagner pour consulter, car ça vous tombe dessus et vous êtes totalement perdue.

Qu'est-ce qu'il s'est passé ensuite ?

J'ai été soignée au centre François Baclesse, à Caen. On m'a amputé le sein, ce qui a été très difficile à vivre. Ensuite, s'en sont suivies des chimiothérapies toutes les trois semaines. Ce sont des traitements très lourds, qui impactent votre qualité de vie.

Pour faire très simple, on tue les mauvaises cellules, mais aussi les bonnes.

Puis j'ai fait de la radiothérapie, et ensuite j'ai été sous hormonothérapie, avec de gros effets indésirables : douleurs articulaires, comme si vous aviez de l'arthrose, bouffées de chaleur, prise de poids, mais aussi des problèmes de mémoire et de concentration.

Vous avez ensuite récidivé en 2018…

Oui, des cellules cancéreuses ont migré vers mon péritoine. On a essayé une chimiothérapie qui n'a pas fonctionné. Finalement, je prends un médicament matin et soir, par cycle, qui a les mêmes effets qu'une chimiothérapie par perfusion.

C'est ce traitement qui me garde en vie.

Qu'est-ce qui vous permet de rester positive ?

Lâcher prise : s'occuper, faire du sport, aller marcher, voir des amis. On est beaucoup plus zen, et c'est plus facile de s'endormir le soir.

Catherine Audoux

Vous avez créé, il y a six ans, l'association ACREA, et vous battez des records d'inscription cette année…

J'ai créé l'association pour que les personnes qui ont un cancer ne restent pas seules chez elles. Je voulais aussi proposer plusieurs activités aux adhérents. On propose une trentaine d'ateliers par mois, et on travaille avec 25 thérapeutes. On a aussi la particularité de proposer des soins individualisés.

Quelles sont les animations proposées par votre association, durant le mois d'octobre, dans le cadre d'Octobre rose ?

On met en vente des nœuds rose (photo), vendus 2 euros, dans huit pharmacies à Cherbourg, au profit de l'association. Une marche rose sera aussi organisée au départ de la polyclinique mercredi 13 octobre, à 14 heures. Pour les gourmands, la pâtisserie Escale Chocolat à Equeurdreville crée un gâteau spécial ACREA, dont une partie des bénéfices sera reversée à l'association. Enfin, nous irons dans la galerie commerciale Auchan le samedi 23 octobre, pour parler de l'association et expliquer comment nous pouvons aider les personnes qui ont un cancer.

Recevez l'actualité gratuitement
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Jeu-Concours : devinez qui sera élue Miss France 2022
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
En questions. Octobre rose : "Il faut lâcher prise quand on a un cancer" prône cette Cherbourgeoise