En ce moment : LA GOFFA LOLITA - LA PETITE CULOTTE Ecouter la radio

Caen. Julien Miniconi, n°2 de la police de Caen, dresse son premier bilan

Julien Miniconi est le directeur départemental adjoint de la sécurité publique du Calvados. En poste depuis le 1er janvier 2017, il nous livre dans cette interview son premier bilan et un état des lieux de la police du Calvados.

Caen. Julien Miniconi, n°2 de la police de Caen, dresse son premier bilan
Julien Miniconi, n°2 de la police à Caen est arrivé en poste le 1er janvier 2017. - Margaux Rousset

À 43 ans, Julien Miniconi est le directeur départemental adjoint de la sécurité publique du Calvados, le n°2 de la police du département, depuis le 1er janvier 2017. Après presque un an à ce poste, il nous livre son premier bilan et les étapes qui ont jalonné son parcours professionnel.

Vous étiez en poste au commissariat du Xe arrondissement de Paris au moment des attentats qui ont touché la capitale le 13 novembre 2015. Quel a été votre rôle ?

"Mon boulot à ce moment-là a été de gérer la "scène de crime". Bloquer les accès des rues et m'assurer qu'il n'y ait pas de double attentat. À cela s'ajoutaitent l'organisation des premières constatations de police, les premiers témoignages et puis il a fallu gérer le stress de tout le monde. C'était un moment assez particulier, une scène horrible. Il a fallu prendre beaucoup de recul, très vite, et ne pas céder à la panique qui pourrait prendre le pas sur le professionnalisme. Ensuite il y a eu la gestion du stress post-traumatique des équipes et elle continue toujours."

Quelle est votre mission au sein de la police de Caen ?

"Mon rôle est de seconder le directeur départemental qui a la compétence sur toute la zone police du Calvados, à savoir Caen et sa périphérie immédiate. On a aussi Cabourg, Dives, Houlgate; Deauville-Trouville; Honfleur et Lisieux. Cela fait 300 000 habitants à gérer, avec un effectif total de 700 policiers. Nous sommes aussi commissaire et commissaire central adjoint de Caen. Nous avons deux casquettes. On suit les interpellations, les gardes à vue effectuées par nos équipes. On s'occupe du renseignement, du maintien de l'ordre lors des manifestations. Je m'occupe également de la gestion de la sécurité lors des matches de football au Stade Malherbe."

Un mot sur la délinquance dans le Calvados ?

Je ne peux pas vous donner de chiffre, mais je fais souvent cette comparaison : en un an, sur l'agglomération caennaise, on recense environ autant de plaintes que sur le Xe arrondissement de Paris. La délinquance est quand même assez faible sur le Calvados. Elle est classique, souvent liée à l'alcool. Nous faisons beaucoup de contrôles routiers en ce sens, avec la police municipale de Caen et les gendarmes. Il y a également des vols, des cambriolages, des stupéfiants, un peu comme partout, mais très peu de violences urbaines. Mais il ne faut pas que l'on relâche notre vigilance".

Grogne des policiers à Dives-sur-mer, vague de suicide dans la police, comment gérez-vous les situations de crise ?

"Sur la grogne des policiers de Dives, je ne peux pas m'exprimer. Nous avons un contact avec les policiers de terrains et les organisations syndicales qui les représentent. La gestion du temps de travail se fait dans la concertation. Les policiers, parfois, ne sont pas forcément contents de leur sort, mais nous sommes toujours restés à l'écoute, nous avons toujours essayé de trouver la meilleure solution ou la moins mauvaise.

En ce qui concerne les suicides (60 policiers et gendarmes se sont donné la mort depuis janvier 2017), une cellule pour les risques psychosociaux existe. La prévention du suicide est quelque chose qui se fait au quotidien, mais l'on ne peut pas toujours éviter un passage à l'acte, malheureusement. On essaie d'être au plus proche des collègues à notre niveau, avec le soutien de la hiérarchie. Dès qu'il y a quelque chose qui change, dès qu'il y a une parole un peu malheureuse, cela doit remonter tout de suite. La responsable des risques psycho sociaux doit être prévenue immédiatement. On a une psychologue qui peut être consultée, tout comme une assistante sociale. Dans le pire des cas, si l'on craint un passage à l'acte, il est possible de désarmer la personne temporairement. Mais je ne suis pas un psychologue de formation. Notre bon sens et ce sentiment d'agir en "bon père de famille" nous permettent de voir quand ça ne va pas, chez un collègue. Nous avons été très attristés par cette vague de suicides, et nous suivons ça de très près."

 Quelles sont vos priorités pour le Calvados ?

"Nous travaillons beaucoup sur l'alcoolisation et ses effets négatifs, notamment sur les différents festivals. Et les produits stupéfiants. C'est un message qui a du mal à passer, encore. Mais nous continuons à multiplier les contrôles. Et puis, nous sommes en train de faire une grande consultation des policiers, qui s'est ouverte le 17 novembre, sur la police de sécurité du quotidien. Un questionnaire est en ligne pour savoir comment les policiers voient l'avenir de la police, ce que l'on pourrait faire pour l'améliorer, améliorer les relations avec la population. C'est une grande réflexion qui est en cours. On en fera une synthèse que l'on présentera au Préfet pour faire remonter au ministère."

Après un an à Caen, comment vous sentez-vous ?

"Je suis ravi d'être à Caen. Il y a beaucoup d'activité, je travaille plus qu'à Paris ! Tout est concentré sur peu de cadres, mais l'activité est toujours intéressante à suivre. Il y a une qualité de vie non négligeable, je suis encore là pour quelques années."

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Caen. Julien Miniconi, n°2 de la police de Caen, dresse son premier bilan