En ce moment : RUN - ONEREPUBLIC Ecouter la radio

En Seine-Maritime, des femmes au coeur des responsabilités

Depuis 1975, les Nations Unies ont institué le 8 mars, journée internationale de la femme. Portraits de jongleuses.

En Seine-Maritime, des femmes au coeur des responsabilités
Au Havre, Cécile Macarez a sous ses ordres 75 sapeurs-pompiers et une quinzaine de volontaires. - Sdis76 - Service communication

Cécile, pompier, et Sandrine, entrepreneuse, ont choisi de mener de front vie professionnelle et familiale. Avec un timing précis, elles assument des responsabilités importantes en plus de leur statut de maman. Pas de modèle tout fait : chacune a su trouver l'organisation qui fonctionne.

Femme d'interventions

Après un diplôme en management des risques et cinq ans de volontariat, Cécile Macarez décide en 2003, de rejoindre le Service départemental d'incendie et de secours (Sdis) de Seine-Maritime en tant qu'officier. Aujourd'hui chef du centre d'incendie et de secours de Caucriauville, au Havre, ses responsabilités sont multiples. "Mon rôle de chef de centre se résume à deux casquettes." La première est consacrée à la direction de la caserne, des 75 sapeurs-pompiers professionnels et de la quinzaine de volontaires. La seconde consiste à diriger les interventions sur le terrain, lorsque cela est nécessaire, en analysant la situation, en priorisant les opérations à mener, et en assurant la sécurité des personnels et la remontée d'informations à la hiérarchie. Si elle évolue dans un monde majoritairement masculin, être une femme n'y pose aucun problème. "Dans mes missions de management, je pense au contraire qu'être une femme permet d'adoucir le relationnel et la gestion des conflits", confie-t-elle. Maman d'une petite fille de deux ans et demi, elle tient à marquer une forte distinction entre vie privée et vie professionnelle. La clef pour y arriver : son mari peut répondre présent. "Quand je ne peux pas être disponible, c'est lui qui me supplée à la maison". Pour ces femmes à la double casquette, l'organisation doit être sur mesure.

Décider d'entreprendre

Sandrine Pfoh, elle aussi maman, a choisi l'entrepreneuriat en juin 2014, en créant son entreprise de sophrologie. "Après 15 ans en tant que salariée dans le milieu de l'éducation spécialisée, je voulais découvrir autre chose et concilier différemment vie privée et professionnelle." Principale motivation : avoir plus de temps à consacrer à ses enfants. "J'ai donc fait une reconversion professionnelle pour devenir sophrologue." Depuis, elle réalise des accompagnements individuels et collectifs, à domicile ou dans les entreprises. "Mon statut d'entrepreneuse me permet de ne pas manquer les moments importants en famille. Chose que je ne pouvais pas faire quand j'étais salariée."

Pour l'aider dans sa nouvelle vie d'entrepreneuse, Sandrine bénéficie - en plus de celui son mari - du soutien du réseau Mam'preneurs, qui regroupe des mères chefs d'entreprise, avocates, commerçantes, etc… Leur point commun : la volonté d'entreprendre. Par des rendez-vous réguliers, les membres du réseau s'entraident et échangent sur leurs projets respectifs. Un cercle qui a pris une place importante dans la vie de Sandrine, et qui compte aujourd'hui une vingtaine d'autres membres. À chacune son organisation et son équilibre.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Pour aller plus loin
Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
En Seine-Maritime, des femmes au coeur des responsabilités