En ce moment : 4U - OFENBACH Ecouter la radio

Budapest (AFP). Des migrants quittent la Hongrie à pied, l'Europe sous pression

...

Budapest (AFP). Des migrants quittent la Hongrie à pied, l'Europe sous pression
Plus d'un millier de migrants quittent la gare de Bucarest pour rejoindre l'Autriche à pied, le 4 septembre 2015 - AFP
Plus d'un millier de migrants bloqués à Budapest depuis plusieurs jours ont entrepris vendredi de rejoindre l'Autriche à pied, une scène d'exode inédite qui illustre la crise migratoire à laquelle les Européens tentent de répondre malgré leurs divergences. A 2.000 kilomètres de là, dans la ville syrienne de Kobané (nord), une assistance en pleurs a inhumé le corps d'Aylan Kurdi, le petit garçon de trois ans mort noyé alors qu'il tentait avec sa famille de rallier l'île grecque de Kos, porte d'entrée dans l'Union européenne, et dont la photo du corps échoué sur une plage turque a envoyé une onde de choc dans le monde entier. Le père de l'enfant l'a un temps tenu contre lui avant de déposer le petit corps dans la fosse, a raconté un témoin. La mère et le frère âgé de cinq ans d'Aylan, ainsi que neuf autres réfugiés syriens, sont également décédés dans le naufrage de leur embarcation. Touché par la mort d'Aylan, le Premier ministre britannique David Cameron, critiqué alors que son pays n'a octroyé l'asile qu'à 219 Syriens en un an et demi et connu pour son inflexibilité sur la question, a fait volte-face. "Face à l'ampleur de la crise et à la souffrance des gens, je peux annoncer aujourd'hui que nous en ferons davantage, en accueillant des milliers de réfugiés syriens supplémentaires", a-t-il promis à Lisbonne. En Europe, la Hongrie - où plus de 50.000 migrants sont arrivés pour le seul mois d'août - continuait de ressentir les vives secousses liées à ces arrivées sans précédent. Un millier de personnes ont entrepris de rejoindre à pied l'Autriche, distante de 175 km, depuis la gare de Budapest où elles étaient bloquées depuis plusieurs jours. Les autorités ont en effet interdit tout départ de train vers l'Autriche et l'Allemagne, riches pays européens que la plupart des migrants rêvent d'atteindre. La foule, dans laquelle on comptait des enfants et des personnes en fauteuil roulant, a traversé l'un des principaux ponts sur le Danube sans être inquiétée par les forces de l'ordre Par ailleurs, 300 migrants se sont évadés d'un camp de premier accueil situé près de la frontière serbe à Röszke, poussant Budapest à fermer provisoirement et partiellement ce poste-frontière autoroutier. Dans ce contexte, le parlement hongrois a voté en urgence un durcissement de sa législation en matière d'immigration, proposé par le Premier ministre populiste Viktor Orban. Les textes renforcent les possibilités de déploiement de l'armée aux frontières et rendent l'immigration illégale passible de trois ans de prison. - Couloir ferroviaire - La Hongrie critique vertement l'Allemagne, qui a décidé de ne pas renvoyer les réfugiés syriens vers leur pays d'entrée en Europe, ce qui crée selon elle un appel d'air. "L'Europe doit arrêter de susciter des rêves et des espoirs irréalistes", a martelé son ministre des Affaires étrangères Peter Szijjarto. La République tchèque et la Slovaquie ont elles proposé d'ouvrir un couloir ferroviaire pour transporter les réfugiés syriens de la Hongrie vers l'Allemagne, si Budapest et Berlin sont d'accord. Les Européens sont sous pression pour faire preuve de solidarité alors que plus de 300.000 personnes ont traversé la Méditerranée depuis le début de l'année, et plus de 2.600 sont morts en effectuant ce périple. Le Haut-Commissaire pour les réfugiés (HCR) de l'ONU, Antonio Guterres, les a appelés à aider les pays en première ligne, la Grèce, l'Italie et la Hongrie, en répartissant 200.000 demandeurs d'asile qui y sont arrivés au sein des 24 autres pays membres de l'UE. "Les émotions peuvent aussi faire bouger les hommes politiques, et le moment est maintenant venu!", a lancé le ministre des Affaires étrangères luxembourgeois, Jean Asselborn, en arrivant à une réunion de l'UE dans le Grand Duché. "L'Europe n'a pas le droit de se diviser face à un tel défi", a martelé le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier à Luxembourg. Les divergences au sein de l'Union, "entre l'Est et l'Ouest" selon le président du Conseil européen Donald Tusk, révèlent un continent déchiré entre la fermeté face à l'afflux massif de déplacés à ses frontières extérieures et les appels à la solidarité.
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Pour aller plus loin
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Budapest (AFP). Des migrants quittent la Hongrie à pied, l'Europe sous pression