En ce moment : BORN IN THE USA - BRUCE SPRINGSTEEN Ecouter la radio

Bruxelles (AFP). Grèce: Tsipras appelle à voter non au référendum, envers et contre tout

...

Bruxelles (AFP). Grèce: Tsipras appelle à voter non au référendum, envers et contre tout
Des retraités à l'entrée d'une agence bancaire le 1er juillet 2015 à Athènes - AFP
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a maintenu mercredi son appel à voter "non" lors du référendum de dimanche sur les demandes des créanciers de la Grèce, tout en assurant vouloir négocier avec eux un troisième plan d'aide. Un vote "non" sera "un pas déterminant pour un accord meilleur" par rapport aux dernières propositions des créanciers, UE et FMI, a-t-il expliqué. Dans un message télévisé à la nation, Alexis Tsipras a répété qu'il continuerait les négociations avec les créanciers après le référendum de dimanche. "Le +non+ ne signifie pas une rupture avec l'Europe mais le retour à l'Europe des valeurs, le +non+ signifie une forte pression" pour continuer les négociations, a-t-il affirmé. "On vous fait du chantage en vous pressant de voter +oui+ à toutes les mesures des institutions sans aucune solution pour sortir de la crise", a-t-il dit à l'adresse des électeurs grecs, dans un message très vindicatif envers les créanciers. Mais en Europe, une victoire du "non" est considérée comme risquant de conduire à la sortie de la Grèce de la zone euro et à une crise majeure des institutions européennes. Les Européens espéraient clairement un autre message. "Une percée pourrait intervenir si le gouvernement grec fait clairement campagne pour le +oui+ au référendum, ou s'il change la question, ou s'il l'annule", avait twitté dans la journée le ministre slovaque des Finances, Peter Kazimir, classé dans le camp des durs envers Athènes. La surprise pour les Européens est d'autant plus grande que le gouvernement grec avait évoqué mardi la possibilité d'une suspension du référendum, selon plusieurs sources européennes. Il a en outre fait parvenir dans la nuit de mardi à mercredi aux créanciers une lettre dans laquelle il se dit prêt à accepter les réformes exigées de lui, mais en posant de nouvelles conditions et en demandant des aménagements. En échange, la Grèce demande une nouvelle aide financière sur deux ans permettant de couvrir ses besoins, soit environ 30 milliards d'euros, tout en restructurant sa dette. Ce serait son troisième plan d'aide, puisque le deuxième a expiré mardi, faute d'accord, en même temps que la Grèce faisait défaut sur un remboursement de 1,5 milliard d'euros au FMI. Les dernières demandes grecques sont en train d'être discutées lors d'une conférence téléphonique des ministres des Finances de la zone euro, qui a débuté vers 15H30 GMT. - Décalage entre Paris et Berlin - Sans masquer son irritation, le ministre allemand, Wolfgang Schäuble, avait appelé Athènes à "clarifier ses positions" avant d'éventuelles nouvelles négociations sur un renflouement du pays, estimant qu'il n'y avait à l'heure actuelle aucune "base pour discuter de mesures sérieuses". La chancelière Angela Merkel avait ajouté qu'il n'était pas question de chercher "un compromis à tout prix" avec la Grèce, et averti qu'il ne pourrait y avoir d'issue avant le référendum. Le président français François Hollande avait jugé au contraire qu'on ne pouvait davantage "différer" un accord avec la Grèce. "Il faut être clair, l'accord, c'est tout de suite !", a-t-il déclaré, ajoutant qu'il ne voulait pas "la dislocation de la zone euro". Même dans le cas où les Européens se montreraient toujours disposés à étudier les demandes grecques, les négociations pourraient prendre plusieurs semaines, estime cependant une source au fait des négociations. Les propositions de réformes et d'efforts budgétaires faites par la Grèce "sont plus faibles que celles proposées par les créanciers", a indiqué une autre source. Or, pour une aide de deux ans, les conditions associées devraient être "plus consistantes" que pour les plans d'aide accordés en 2010 et en 2012. Le vice-président de la Commission européenne chargé de l'Euro, Valdis Dombrovskis, a estimé qu'il existait "une possibilité de parvenir à un accord avant la prochaine échéance" du 20 juillet, date à laquelle la Grèce doit rembourser 3,5 milliards d'euros à la Banque centrale européenne (BCE). Désormais, seule la Banque centrale européenne assure la survie financière du pays en soutenant à bout de bras ses banques complètement à sec. Les 25 membres du conseil des gouverneurs doivent se réunir mercredi pour examiner la situation du système bancaire grec, mis sous cloche par le gouvernement d'Athènes qui a fermé les banques pour la semaine. L'institut de Francfort doit décider de maintenir ou non une ligne de prêts d'urgence en faveur des établissements hellènes, à court d'argent frais et pris d'assaut par des Grecs inquiets qui veulent retirer leurs économies.
Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Bruxelles (AFP). Grèce: Tsipras appelle à voter non au référendum, envers et contre tout