Saint-Lo, 5 °C / 10 °C

Calvados. Il voulait se réconcilier de façon musclée avec son ex

Calvados. Il voulait se réconcilier de façon musclée avec son ex

Le box dans lequel le prévenu incarcéré est jugé au tribunal de grande instance de Caen (Calvados)

Le
Par :

C'est détenu, qu'un jeune homme de 19 ans a comparu mardi 29 novembre 2016 devant le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) pour répondre de faits d'insultes et de menaces de mort envers trois gendarmes, mais aussi pour violences envers son ex-compagne à Vire (Calvados), le mercredi 20 juillet 2016.

À Vire (Calvados), mercredi 20 juillet 2016 à 17h30, un jeune homme va trouver son ex-compagne dans le but de se réconcilier avec elle. Mais les choses s'enveniment. La coinçant contre un mur, front contre font, il veut l'embrasser. Devant son refus, il lui assène un coup de boule et lui tord violemment le bras. À l'arrivée des gendarmes, l'individu a un comportement étrange. Il se montre agité, euphorique, se tape la tête contre le sol.

Hospitalisé en psychiatrie en urgence

Pour être maîtrisé, il doit être menotté, proférant insultes et menaces de mort tout au long de l'intervention. Un médecin est appelé sur place et délivre un certificat d'internement d'urgence dans un institut psychiatrique. L'homme donnera de violents coups de pied dans le véhicule de gendarmerie avant de devoir être sanglé sur un brancard. À l'hôpital, le personnel a même dû lui administrer une piqûre pour le calmer tant il continuait à se montrer agressif.

"Je ne lui pardonnerai jamais"

La victime souffre de douleurs à l'épaule et à la tête. Elle a également été très choquée par la scène. " Au départ, nous parlions tranquillement mais quand j'ai refusé de l'embrasser, il m'a agressée. J'ai toujours des sentiments pour lui mais je ne lui pardonnerai jamais. Je ne veux plus le voir." Se constituant partie civile, elle demande 1000 euros de préjudice moral.

Hyperactivité

L'expertise psychiatrique dépeint un individu souffrant d'hyperactivité ce qui augmente son impulsivité et pourrait être à l'origine de ses pertes de contrôle. C'est une personnalité immature, intolérante à la frustration. Le rapport conclut néanmoins que l'homme est tout à fait curable.

Le prévenu, jugé en comparution immédiate, avait été condamné à cinq mois de prison ferme en septembre dernier pour conduite sans permis et refus d'obtempérer en récidive.

Pathologie peu connue chez l'adulte

L'avocate de la défense plaide que son client n'a pas pour habitude de se montrer agressif. Elle insiste sur sa pathologie d'hyperactivité, sous-diagnostiquée chez l'adulte et sur le fait qu'il accepte de se soigner. La procureure prend en compte les projets du jeune homme pour sa libération en janvier et requiert une peine avec sursis. Au final, il écope de 6 mois de prison avec sursis assortis de 24 mois de mise à l'épreuve, d'une obligation de soins et de travail. Toute relation avec la victime lui est interdite et il devra lui verser 500 euros de préjudice moral. Enfin, en dommages et intérêts il devra verser 450 euros à chacun des trois gendarmes.


12345
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques