En ce moment : CASTLES - FREYA RIDINGS Ecouter la radio

Nucléaire. L'accès de l'EPR de Flamanville bloqué par Greenpeace

Nucléaire. Une dizaine de militants Greenpeace bloquent, depuis l'aube jeudi 31 mars, les deux accès véhicules au chantier de l'EPR de Flamanville pour protester contre les promesses de certains candidats à la présidentielle pro-nucléaires. 

Nucléaire. L'accès de l'EPR de Flamanville bloqué par Greenpeace
Une dizaine de militants Greenpeace bloquent l'accès au chantier de l'EPR de Flamanville ce jeudi 31 mars pour dénoncer les promesses des candidats à la présidentielle pro-nucléaires. - Greenpeace

La circulation aux abords de la centrale nucléaire de Flamanville est perturbée depuis l'aube ce jeudi 31 mars. Une dizaine de militants Greenpeace bloquent l'accès de deux passages au chantier de l'EPR de Flamanville.

"Ils dénoncent les promesses de candidats à la présidentielle qui veulent plus de réacteurs, plus d'EPR, et qui ne mentionnent jamais les dangers et les incertitudes de cette énergie", a expliqué Cécile Génot, chargée de communication chez Greenpeace.

Cette action de Greenpeace intervient alors que le Président Emmanuel Macron a annoncé le 10 février un programme de construction de six réacteurs EPR en France d'ici à 2035, en plus de celui en construction à Flamanville, dont le chantier cumule 11 ans de retard et dont le coût est monté à 12,7 milliards contre 3,3 milliards initialement.

Un des deux passages de l'EPR est bloqué par un camion affichant "+ d'EPR = + de fiascos" sur lequel deux activistes sont accrochés, l'autre accès est bloqué par deux structures métalliques de 5 mètres de haut auxquelles sont suspendus deux grimpeurs de Greenpeace, pourvus de banderoles "Pour la paix, ni fossiles, ni nucléaire". En revanche, l'entrée des piétons reste accessible.

Par ailleurs, sept autres militants de Greenpeace ont été arrêtés tôt après s'être introduits, à 5 h 15, sur le chantier du réacteur EPR, "dont Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace", a précisé Cécile Génot. 

"On a invité nos salariés à rester chez eux ce matin et à faire du télétravail pour ceux qui peuvent le faire", a précisé Stéphanie Schnebelen, en charge de la communication à la centrale nucléaire de Flamanville. Une procédure est activée de la part d'EDF pour contrôler l'ensemble du site et bloquer toute entrée et sortie des salariés. Ceux présents avant la mobilisation de Greenpeace sont donc d'astreinte ce matin.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Nucléaire. L'accès de l'EPR de Flamanville bloqué par Greenpeace