En ce moment : LET SOMEBODY GO (FEAT SELENA GOMEZ) - COLDPLAY Ecouter la radio

Orne. Dépistage massif : "La solution n'est plus viable" pour ce pharmacien

Santé. En France, près d'un million et demi de tests sont réalisés chaque jour. Une situation qui essouffle les officines. La Direction générale de la santé a envoyé de nouvelles consignes de "priorisation". À Alençon, Olivier Toussaint est gérant de la pharmacie de Perseigne, il témoigne.

Orne. Dépistage massif : "La solution n'est plus viable" pour ce pharmacien
Olivier Toussaint est membre du Syndicat des pharmaciens de l'Orne. Il a reçu de nouvelles consignes de la Direction générale de la santé concernant les tests Covid.

Face à l'apparition de la Covid en 2019, le gouvernement a opté pour une stratégie de dépistages massifs, s'en est suivi le début d'une campagne vaccinale en décembre 2020. Mais alors que le variant Omicron bouscule le nombre de contaminations - 296 000 cas positifs détectés en France le 9 janvier 2022 -, les hautes sphères continuent de vanter l'importance des dépistages. Pourtant, la situation devient "ingérable" dans les officines, selon Olivier Toussaint, membre du Syndicat des pharmaciens de l'Orne.

Ecoutez ici Olivier Toussaint :

"Les variantes sont contagieuses et gagnent du terrain. Faites le bon choix, faites-vous dépister !", est-il écrit sur les affiches gouvernementales pour promouvoir les dépistages. Il faut dire que depuis les fêtes et l'apparition du variant Omicron, des millions de Français suivent cette consigne et vont se faire dépister dans les pharmacies. Au point où certaines arrivent à saturation. "Nous devons refuser des personnes", explique Olivier Toussaint, qui gère également la pharmacie de Perseigne, à Alençon.

Lundi 10 janvier, lui et ses employés ont effectué près de 100 tests Covid. "La solution [du dépistage massif] n'est plus viable." Le pharmacien doit donc effectuer un "tri" en fonction de l'état des patients. "S'ils sont symptomatiques ou s'il s'agit d'une demande pour pouvoir aller dans un établissement scolaire, je les accepte. Sinon, les cas contact sans symptôme, je les refuse", explique-t-il. Selon Olivier Toussaint, ces nouvelles instructions émanent de la Direction générale de la santé.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Orne. Dépistage massif : "La solution n'est plus viable" pour ce pharmacien