En ce moment : ANI KUNI - POLO & PAN Ecouter la radio

Rouen. Dans la Métropole, Emmanuel Macron a déjà son comité de soutien

Politique. Des élus et personnalités locales ont lancé, mardi 14 septembre, un comité de soutien à l'action du président de la République pour le territoire de la Métropole de Rouen.

Publié le 14/09/2021 à 17h39 - Par Pierre Durand-Gratian
Rouen. Dans la Métropole, Emmanuel Macron a déjà son comité de soutien
De gauche à droite : Dominique Gambier, Sarah Balluet, Laurent Grelaud et Laurent Bonnaterreont lancé mardi 14 septembre un comité de soutien à Emmanuel Macron.

Il n'est même pas encore candidat et "stratégiquement, il devrait se lancer tard", concède Laurent Bonnaterre, maire de Caudebec-lès-Elbeuf et ancienne tête de liste soutenue par la majorité présidentielle pour les élections régionales. Pourtant, Emmanuel Macron a déjà son comité de soutien sur le territoire de la Métropole Rouen Normandie. Il a été lancé mardi 14 septembre, autour de Laurent Bonnaterre et Dominique Gambier, le maire de Déville-lès-Rouen qui n'a jamais caché ses affinités politiques pour le président de la République. Le duo a été rejoint par Laurent Grelaud, maire de Bonsecours et nouveau vice-président du Département, mais aussi Jean-Pierre Girod, ancien vice-président de Région, et Sarah Balluet, une avocate anciennement élue à la Ville de Rouen.

Un départ assez modeste en attendant d'autres personnalités ou élus. Tous vantent, en tout cas, le bilan d'Emmanuel Macron, "le mieux placé pour gouverner les cinq prochaines années", selon Laurent Bonnaterre.

Un avis partagé par Dominique Gambier, qui affirme ne "pas supporter la démagogie en campagne", ciblant déjà la proposition d'Anne Hidalgo sur le doublement du salaire des enseignants. "Avec le nombre de candidats, il y a aura une course à l'échalote avec de la surenchère à droite et à gauche", juge l'édile, qui estime que seul l'actuel Président peut tracer une ligne réaliste entre les deux. "L'économie a besoin de soutien", abonde de son côté Sarah Balluet, qui a vu, dans la gestion de la crise sanitaire par Emmanuel Macron, "un vrai capitaine à la barre".

Pas question pour autant de rejoindre la République en marche pour ces élus et soutiens, qui souhaitent rester indépendants et sans étiquette, à l'heure où les partis politiques de tout bord n'ont plus vraiment la cote. De là à y voir l'échec de l'implantation locale de LREM ? "Le parti s'est installé par le haut de manière verticale, analyse simplement Dominique Gambier. La campagne doit cette fois partir des territoires."

Les trois députés LREM de la Métropole de Rouen, Damien Adam, Annie Vidal et Sira Sylla, ne font en tout cas pas, pour l'heure, partie de ce comité de soutien.

Réagir à cet article
Envoi en cours...
En direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Rouen. Dans la Métropole, Emmanuel Macron a déjà son comité de soutien