Pauline Courtois : une championne qui maîtrise son temps

La sportive de haut niveau et son équipe du Club de voile de Saint-Aubin Elbeuf viennent de se qualifier pour la finale de la champions league de voile en terminant troisième des demi-finales en Sardaigne dimanche 3 juin 2018. L'occasion de s'intéresser à cette jeune femme ultra-motivée et à son sport.

Pauline Courtois : une championne qui maîtrise son temps

Pauline Courtois et son équipe vont participer à la finale de la champions league des clubs de voile qui aura lieu en Suisse fin août 2018. © Lars Wehrmann

Par Noémie Lair

À 29 ans, Pauline Courtois mène une vie à 100 à l'heure, partagée entre son métier de professeur de sport au Havre et d'athlète de haut niveau. Son sport, c'est la voile. Elle pratique plusieurs disciplines : le match racing (un bateau contre un autre) et le Diam 24 (un trimaran utilisé pour faire le Tour de France).

Et si la jeune femme a un emploi du temps chargé, c'est qu'il est à la hauteur de sa motivation et de son palmarès : championne de France féminine, victorieuse de la coupe du monde de match racing féminin avec son équipe l'an dernier et vice-championne de France open avec les garçons cette année.

De Brest à Saint-Aubin Elbeuf

Pauline Courtois a commencé la voile à sept ans, à Brest "parce qu'il y a la mer à côté et que mes parents trouvaient sympa de faire de la voile donc ils m'ont inscrite sur des stages d'été", raconte-t-elle. L'expérience lui plaît et résultat, 22 ans plus tard, elle a toujours les pieds sur un bateau.

Aujourd'hui, la Havraise est licenciée au Club de voile de Saint-Aubin Elbeuf où elle a suivi son équipage : "on m'a demandé de venir en Normandie car c'était plus pratique pour avoir le volume d'entraînement suffisant et c'était plus simple logistiquement que de rester en Bretagne".

Les sportifs du club s'entraînent sur le plan d'eau de la base de loisirs de Bédanne à Tourville-la-Rivière. Bien loin de la mer et de ses vagues donc mais "c'est assez fréquent que les clubs s'entraînent sur des plans d'eau intérieurs, explique Pauline Courtois. Il y a des similitudes avec des endroits en mer et c'est un bon entraînement car les vents sont parfois beaucoup moins stables qu'en mer."

"Impressionnant"

La jeune femme est une sportive passionnée et attentionnée : "Elle est dynamique mais pas dépassée, toujours disponible, témoigne Nathalie Corson-Château, voisine et coéquipière. C'est impressionnant comment elle mène tout de front."

Et ce sera encore le cas cet été puisqu'en juin 2018, elle participera à la première étape de la coupe du monde de match racing féminin à Helsinki, en juillet, ce sera le Tour de France à la voile et fin août 2018, la finale de champions league en Suisse.

Renseignements sur cvsae.org

TOP ACTU

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES