Il ne supporte pas la rupture et harcèle son ex compagne

Un prévenu a été jugé, vendredi 2 mars 2018, devant le tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime) pour menaces de diffusion d'images à caractère sexuel et harcèlement par appels malveillants à l'encontre de son ex compagne.

Il ne supporte pas la rupture et harcèle son ex compagne

Chantage et menaces: dix huit mois ferme

Par Patrick Joliff

C'est le 16 janvier 2017 que la victime porte plainte à l'encontre de Quaiss Azimi, 27 ans, son ex compagnon. La vie commune à Franqueville-Saint-Pierre (Seine-Maritime) a cessé à l'initiative de la victime mais le prévenu ne supporte pas la rupture. Commence alors le chantage à l'encontre de son ex amie. Il envoie des e-mails par dizaines à son entreprise, plus qu'inquiétants. Il la menace également au téléphone de diffuser sur les réseaux sociaux des vidéos de leurs ébats amoureux et menace son nouvel ami de mesures de rétorsion s'il ne lui verse pas une importante somme d'argent pour calmer sa haine. La victime change de numéro de téléphone mais le prévenu parvient à se le procurer et pousuit son harcèlement. Entendu lors du dépôt de plainte, il est averti d'une poursuite judiciaire s'il ne cesse pas ses agissements.

Le chantage continue

La victime porte plainte une nouvelle fois le 21 février 2017 lorsque deux individus, soudoyés par le prévenu, l'agressent verbalement dans le hall de son immeuble, la menaçant des pires conséquences. "J'ai eu une réaction d'amoureux", dit le prévenu à la barre. Placé en garde à vue le 25 février 2017, la police constate les SMS et appels malveillants et place le prévenu sous contrôle judiciaire. Il reconnaît alors les faits. Pour la partie civile, "Il y a volonté de nuire à la victime". En l'absence de défense, le tribunal reconnaît l'homme de 27 ans coupable des faits qui lui sont reprochés et le condamne à dix huit mois de prison ferme.

TOP SOCIETE

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES