Calvados : le jeune pyromane attendra son jugement en détention provisoire

Calvados : le jeune pyromane attendra son jugement en détention provisoire

L'une des salles d'audience du tribunal de grande instance de Caen (Calvados).

Le
Par :

A tout juste 18 ans, il a déjà un passé judiciaire. Un jeune homme devait être présenté devant le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) en comparution immédiate, jeudi 16 mars 2017, pour quatre délits. Mais l'affaire a été renvoyée au 10 avril.

Le jeudi 16 mars 2017, le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) aurait dû juger en comparution immédiate un jeune homme âgé de 18 ans, ceci pour quatre infractions dont deux particulièrement graves. Mais il a sollicité un délai pour préparer sa défense et l'affaire est renvoyée au lundi 10 avril 2017.
Une question s'est alors posée aux magistrats : doit-on ordonner une détention provisoire jusqu'à cette date ou non ?

A la fois voleur et pyromane

Tout juste sorti de garde à vue le 11 mars dernier, pour avoir tenté de voler une voiture et finalement dérobé un lecteur CD, le jeune homme décide d'incendier des poubelles et ceci en récidive. Il met le feu à deux poubelles à Hérouville-Saint-Clair (la mairie s'est constituée partie civile). Et réitère le lendemain à Caen, mais la poubelle, en fonte, résiste au feu.

Impressionnante escalade dans la délinquance

Depuis le décès de sa mère en 2014, son père sombre dans l'alcool. Le jeune vit alors une impressionnante escalade dans la délinquance. Atteint de troubles de la personnalité, il a effectué plusieurs séjours en psychiatrie.
"C'est un enfant,
plaide son avocat, et un enfant qui souffre. Il est extrêmement immature. Une détention provisoire serait très déstructurante."
L'expertise psychiatrique n'a toutefois pas décelé d'abolition du discernement.

"Attention ! Vous voici dans la cour des grands"

Néanmoins les magistrats décident de le maintenir en détention provisoire pour éviter la réitération des faits et en raison des menaces de mort qu'il a proférés contre son père.
"Parce qu'on en a marre que vous mettiez le feu !", s'emporte le président, "cessez vos provocations et cessez de vous complaire dans vos malheurs ! Ici, vous allez vous rendre compte que vous êtes dans la cour des grands".
Pour toute réponse, le jeune prévenu a souri.


1234
Participez au concours et remportez votre Petit Futé !
Participez au concours jeune reporter et tentez de gagner des cadeaux !
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques
A l'antenne

Tout l'or du monde avec Laure