En ce moment : RESISTANCE - MUSE Ecouter la radio

Désert médical. Cany-Barville recherche désespérément des médecins

Santé. Jean-Pierre Thévenot, le maire de Cany-Barville, recherche désespérément des médecins généralistes et des kinésithérapeutes pour son pôle de santé fraîchement ouvert. Il vient d'écrire au ministre de la Santé Olivier Véran.

Désert médical. Cany-Barville recherche désespérément des médecins
Pour son pôle de santé libérale, Cany-Barville recherche deux médecins généralistes et un à deux kinés.

La pénurie de médecins en milieu rural est un sujet récurrent. À Cany-Barville, Jean-Pierre Thévenot, le maire socialiste, a écrit le 24 septembre dernier à Olivier Veran, le ministre de la Santé, pour l'alerter sur la désertification médicale de son territoire. Il l'avait déjà fait en 2019 mais la situation n'a pas évolué depuis. Le Pôle de santé libéral et ambulatoire a été inauguré en juin mais il manque deux généralistes et un à deux kinésithérapeutes. "Nous avons vingt professionnels présents au pôle. Il n'y a pas de problème avec le paramédical mais les médecins manquent. Des généralistes partent à la retraite. Les personnes âgées se retrouvent sans médecin, sans pouvoir renouveler leurs ordonnances."

Recherche généralistes et kinés

La mairie a l'impression de se retrouver dans une impasse. Elle a pourtant multiplié les demandes auprès de l'Agence régionale de santé, de l'Union régionale des médecins régionaux, du syndicat des médecins libéraux, de l'association des internes du CHU de Rouen, du syndicat des internes de médecine générale et du président de la fédération de kinés de Seine-Maritime. La ville est aussi présente sur l'application de la Région Normandie pour mettre en relation les communes et les médecins. Il y a toutefois un point positif, l'association des professionnels de santé qui gère le pôle travaille pour créer des liens avec l'hôpital de Fécamp. Des permanences de sages-femmes et de gynécologues devraient voir le jour.

Des quotas pour une meilleur répartition sur le territoire

Jean-Pierre Thévenot estime que l'État devrait intervenir. "Il faut mieux redistribuer les internes en médecine. Je pense qu'il devrait y avoir des quotas par rapport à la population. Il y a trop de médecins en ville et pas assez à la campagne. À un moment donné, c'est à l'État de gérer ça. Je comprends que les médecins ont fait 10 ans d'études et qu'ils ont le droit de choisir leur installation. Mais on se rend compte qu'il n'y a pas de répartition équitable sur le territoire. Il faut une régulation." Jean-Pierre Thévenot lance un nouvel appel aux jeunes médecins. Une bouteille à la mer alors que le plan santé 2022 prévoyait le financement par l'État de 400 médecins pour les milieux ruraux.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Présidentielle et législatives : le direct
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Désert médical. Cany-Barville recherche désespérément des médecins