Un quadragénaire agresse des migrants près de Caen

À Creuilly sur Seulles au nord de Caen (Calvados), jeudi 22 mars 2018 un homme n'apprécie pas du tout la présence d'un groupe de migrants afghans sur un parking. Son attitude l'a amené à comparaître jeudi 7 juin 2018 devant le tribunal de grande instance de Caen.

Un quadragénaire agresse des migrants près de Caen

Le tribunal de grande instance de Caen (Calvados)

Par Joëlle Briant

Un quadragénaire a été jugé jeudi 7 juin 2018 par le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) devant répondre de menaces de mort réitérées, violence et détention d'armes de catégories C non déclarées.

Insultes, coups et menaces

Arrivant pour se garer sur un parking l'homme tombe sur un groupe de quatre jeunes afghans occupés à discuter. Commençant par klaxonner, il descend de sa voiture dans un état de grande agitation. Se mettant à hurler des insultes, il leur assène des coups au visage, allant même jusqu'à tenter de brûler l'un d'entre eux avec sa cigarette : "Ils m'ont provoqué se justifie l'homme, ils ne voulaient pas se pousser". Propos démentis par des témoins. Ne voulant manifestement pas en rester là, il part chez lui et revient avec des gants de boxe. Il va jusqu'à suivre le groupe dans leur foyer qu'il menace de "cramer". L'homme a deux grammes d'alcool par litre de sang.

Attitude intolérable

Les quatre jeunes migrants sont arrivés récemment en France. Deux d'entre eux se constituent partie civile et sollicitent 500 euros chacun de préjudice moral. Leur avocate affirme qu'il n'y a eu de leur part aucune provocation "A priori le prévenu voulait en découdre. Pour ces migrants le moindre fait délictueux peut leur causer de grandes difficultés". Pour la procureur cette attitude est intolérable dans un état de droit. Elle rappelle qu'au cours de la perquisition au domicile du prévenu deux fusils non déclarés ont été découverts. Une peine de prison avec sursis est requise. L'homme écope de trois mois de prison avec sursis assortis de 24 mois de mise à l'épreuve, d'une obligation de soins en addictologie et d'un stage de citoyenneté. Il devra verser 300 euros de préjudice moral à chacune des deux victimes.

TOP ACTU

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES