En ce moment : AMOUR TOUJOURS - CLARA LUCIANI Ecouter la radio

Condé-sur-Noireau. Calvados : il frappe son ex-femme et tente de l'étrangler

Mercredi 1er mars 2017, le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) a jugé un homme de 48 ans pour violences conjugales en récidive à Condé-sur-Noireau (Calvados), près de Vire. Des faits commis le lundi 25 juillet 2016.

Condé-sur-Noireau. Calvados : il frappe son ex-femme et tente de l'étrangler
Le prévenu avait voulu étranglé sa compagne : il a été condamné mercredi 1er mars 2017 par le tribunal de grande instance de Caen (Calvados). - Illustration

Boualem Nassi ne s'est pas présenté à l'audience du mercredi 1er mars 2017 au tribunal de grande instance de Caen (Calvados) où il devait répondre de violences conjugales sur son ex-compagne. Déjà condamné pour les mêmes faits en 2013, il l'avait également été par le passé pour avoir frappé sa précédente conjointe. Son casier judiciaire comporte également des délits de conduite alcoolisée, d'outrage, d'usage de stupéfiants et de violences sur personne vulnérable.

Tentative de vie commune

Malgré des propos irrespectueux et des gifles fréquentes, la victime tente une vie commune. En 2013, elle donne naissance à un petit garçon, ce qui rend l'homme plus violent encore: coups de poing, de pied, de tête... il va même jusqu'à proposer sa femme à ses copains... L'enfant n'est pas reconnu car il a été conçu sans son accord, mais il admet en être le père. Alors, sa compagne le quitte.

Injures et coups

Lundi 25 juillet 2016, elle lui confie l'enfant car elle a rendez-vous chez le médecin. A son retour, elle constate que l'homme a passé tout le temps à s'alcooliser et à fumer des joints avec ses amis. Au moment, où elle veut récupérer son fils, Boualem Nassi lui crache au visage en la traitant de "chienne". A terre, il lui tire les cheveux et la frappe. Une tentative de strangulation (corroborée par des témoins) lui vaudra des douleurs cervicales et cinq jours d'incapacité totale de travail (s'y ajoutent contusions multiples, lèvre fendue et traumatisme psychologique.)

Il ne reconnaît pas les violences

Lors de l'enquête, le prévenu affirme avoir été griffé dans le cou. "Le petit est tombé et je l'ai ramassé. Je reconnais les insultes mais je nie toute violence." Pour sa part la victime avoue, qu'agressée, elle l'a traité de "refoulé": "Il ne supporte pas les femmes".

Le ministère public requiert trois mois de prison ferme. "C'est le même topo qu'avec la compagne antérieure. Il veut les femmes sous sous emprise. N'arrivant pas à les dominer par la parole il le fait par les coups. La violence est son mode de vie."

Témoignages exagérés

Pour l'avocat de la défense la description de la situation par la victime n'est pas acceptable: "Les témoignages quant à la tentative de strangulation prêtent à caution. Tout cela est très exagéré!"

Néanmoins Boualem Nassi écope de trois mois de prison ferme assortis de 900€ de préjudice corporel et de 900€ de préjudice moral ainsi que de 600€ de frais d'avocat.

Recevez l'essentiel de l'actualité chaque jour par email
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Lire les journaux
Inscrivez vous à la newsletter
La météo avec Tendance Ouest
Les pronostics avec Tendance Ouest
L'horoscope de Tendance Ouest
Les jeux de Tendance Ouest
Les petites annonces avec Tendance Ouest
L'emploi avec Tendance Ouest
Films et horaires dans vos cinémas en Normandie
L'agenda des sorties de Tendance Ouest
Les concerts avec Tendance Ouest
Les replays de Tendance Ouest
L'application mobile de Tendance Ouest
Condé-sur-Noireau. Calvados : il frappe son ex-femme et tente de l'étrangler