Calvados : ivre, elle casse la porte d'une discothèque avec un cendrier

Calvados : ivre, elle casse la porte d'une discothèque avec un cendrier

La prévenue avait lancé le cendrier contre la porte vitrée d'une discothèque. Elle a été jugée mercredi 5 juillet 2017. - Illustration

Le
Par : Joëlle Briant

A 4h40 du matin, le samedi 2 mars 2016, une femme ivre projette un cendrier extérieur sur la porte vitrée d'une discothèque de Caen (Calvados). Pour cette raison, elle a comparu le mercredi 5 juillet 2017 devant le tribunal de grande instance de Caen.

Mercredi 5 juillet 2017, une jeune femme âgée de 22 ans a été jugée par le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) pour dégradation de bien appartenant à autrui. Des faits commis le samedi 25 mars 2017 un peu avant 5h du matin à Caen (Calvados).

Le videur la met dehors

Suite à une altercation avec le videur d'une discothèque de la ville, ce dernier la met dehors mais sans son sac et sans son manteau. Énervée, elle saisit alors un cendrier extérieur qu'elle lance contre la porte vitrée de la boîte de nuit.

La police, appelée, trouve une personne proférant des propos incohérents et manifestement alcoolisée. L'éthylomètre montre qu'elle a 1,38g d'alcool par litre de sang. En garde à vue, elle explique avoir fait "la fête" arrosée de champagne et de vodka. Pendant qu'elle discutait avec une connaissance, le videur se serait interposé et celle-ci ne l'aurait pas laissée passer. Suite à quoi il l'entraîne vers la sortie et la jette dans la rue.

Frappée au visage?

"J'avais froid sans manteau." Elle reconnaît que le videur lui a proposé d'aller lui-même chercher ses affaires mais qu'elle a refusé. "Je ne voulais pas qu'il y touche, je ne le connais pas." Elle ajoute que dans la rue, l'homme l'aurait frappée au visage. La vidéosurveillance montre bien que la femme est très agitée. On la voit aussi se saisir du cendrier mais pour ce qui est du coup porté par le videur, il serait hors du champ de la caméra.

Elle ne paye pas l'amende

En comparution sur reconnaissance de probabilité de culpabilité (CRPC) la prévenue avait été condamnée à une amende et au remboursement de la vitre avec un échéancier de six mois. Mais elle n'a pu honorer cette dette, qui lui aurait évité de passer en correctionnelle, par manque de moyens. 

Elle écope de 35h de travaux d'intérêt général à effectuer dans les 18 mois faute de quoi la peine sera transformée prison ferme.


1234
Tendance Live Le Havre
Guide de l'été
Examen : consultez les résultats
Je suis Normand
Trophées Espoirs de l'Economie 2017
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques
A l'antenne

Normandie Matin avec Nolwenn et Charles