Séquestration à Bolbec : huit jeunes présentés devant la justice pour actes de barbarie

Séquestration à Bolbec : huit jeunes présentés devant la justice pour actes de barbarie

C'est rue de la République à Bolbec qu'un jeune de 19 ans s'est fait séquestrer et violenter pendant un mois, chez lui. © Google Street View

Le
Par : Gilles Anthoine

Pendant un mois, entre le 27 novembre et le 28 décembre 2017, un jeune de 19 ans a été séquestré chez lui à Bolbec (Seine-Maritime). D'autres jeunes lui ont fait subir de nombreuses violences. Ils sont huit à être présentés devant la justice jeudi 11 janvier 2018 pour séquestration et actes de torture et de barbarie.

"C'est une affaire qui surprend par sa longueur", confie François Gosselin, le procureur de la République du Havre (Seine-Maritime). Un jeune de 19 ans s'est fait séquestrer et torturer chez lui dans le centre-ville de Bolbec (rue de la République) pendant un mois, du 27 novembre au 28 décembre 2017. Neuf jeunes (des majeurs et des mineurs) se sont relayés chez la victime pour ne jamais le laisser seul. C'est un des agresseurs certainement pris de remords qui a finalement aidé la jeune victime à s'enfuir. L'agressé n'a pas été hospitalisé. Il est considéré comme fragile psychologiquement. Il faisait déjà l'objet d'un suivi.

Huit jeunes devant la justice dont six mineurs

Dans cette affaire, treize personnes au total ont été arrêtées mais seulement neuf ont été placées en garde à vue, mardi 9 janvier 2018. Après 48h de garde à vue, huit d'entre elles ont été présentées devant un juge d'instruction au Havre, le jeudi 11 janvier 2018. Parmi ces huit prévenus, il y a six mineurs (dont trois ont déjà été condamnés à des mesures éducatives par un tribunal pour enfants), un demi-mineur (il était mineur au début de la séquestration) et un jeune majeur. Sur ces huit jeunes présentés, la justice demande six placements en détention.

Actes de torture et de barbarie

Les faits reprochés sont passibles de la cour d'Assises. Le procureur de la république du Havre parle de nombreuses violences justifiant les actes de tortures et de barbarie. Le mobile n'est pas clair. Même si la victime a été volée (essentiellement de sa hifi), il s'agit "certainement d'un phénomène d'entraînement mutuel", estime François Gosselin. La justice devra trancher cette question. En tout cas, les agresseurs et l'agressé se connaissaient tous à des degrés divers, dans le cadre de leur scolarité.

Des vidéos sur Snapchat

Sur les huit agresseurs présumés, tous n'ont pas participé à tous les actes de violence. Le juge d'instruction en charge de l'affaire devra déterminer les responsabilités exactes de chacun. Pour cela, il pourra s'aider d'une vidéo tournée lors de la séquestration. Des snapchat ont également été échangés. La justice va tenter de récupérer les données mais cela prendra du temps. Certains agresseurs ont exprimé des regrets lors des gardes à vue.


1234
Tendance Live Anova Alençon
Inscrivez-vous et tentez de monter sur la scène Papillons de nuit
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques