Normandie : armé, il hurle "Je vais tuer tout le monde !" sur un marché

Normandie : armé, il hurle "Je vais tuer tout le monde !" sur un marché

Le prévenu avait menacé de "tuer tout le monde" sur le marché d'AUnay-sur-Odon (Calvados). Il a été condamné mercredi 1er mars 2017. © Trizek-Illustration

Le
Par : Joëlle Briant

Un homme âgé de 29 ans a comparu le mercredi 1er mars 2017 devant le tribunal de grande instance de Caen (Calvados) pour avoir proféré des menaces de mort samedi 23 juillet 2016 à Aunay-sur-Odon (Calvados), à une trentaine de kilomètres de Caen.

Samedi 23 juillet 2016, en fin de matinée sur le marché d'Aunay-sur-Odon (Calvados), à une trentaine de kilomètres de Caen, un homme en menace et brandit un pistolet factice qui ressemble fort à un vrai. Hugues Massiot a dû rendre compte de ces faits le mercredi 1er mars 2017 devant le tribunal de grande instance de Caen.

Il menace un homme avec un pistolet

Ce jour-là, sur le marché d'Aunay-sur-Odon, un homme surprend le prévenu en train d'enlever les barrières de sécurité, alors il les remet. Cela déplaît fortement au suspect qui, montant dans sa voiture recule violemment faisant retomber les barrières. "Je vais revenir, hurle-t-il, je vais te crever et tuer tout le monde sur le marché!"

Effectivement, il revient une arme à la main qu'il pointe vers le responsable de son mécontentement. Puis il repart. La victime, traumatisée, porte plainte.

Arme factice

"C'était un pistolet factice qui tire des billes, explique l'homme à la barre. J'en possède un car j'en ai bien le droit! En aucun cas je ne l'ai mis en joue! Je le tenais par le canon. J'avais l'intention de lui mettre un coup de crosse dans la tête, tellement il m'avait énervé, mais j'ai réfléchi."

Le réquisitoire lui déplaît

La procureure insiste sur le comportement agressif et menaçant du prévenu armé d'un pistolet ressemblant à s'y méprendre à un Glock. "Il venait de récupérer son permis de conduire trois jours avant, ça ne l'a pas empêché de rouler en trombe et armé en plus!" Quatre mois de prison avec sursis sont requis.

Alors, l'homme s'énerve: "J'ai autre chose à faire que d'entendre tout ça!" La présidente lui signifie qu'il est en droit de se retirer. Ce qu'il fait, lançant en guise d'au revoir: "Bande de bouffons!" Un outrage qui sera noté par la greffière.

Hugues Massiot écope finalement de quatre mois de prison dont un mois ferme ainsi que de 1500€ de préjudice moral.


1234
Tendance Live Le Havre
Guide de l'été
Examen : consultez les résultats
Je suis Normand
Trophées Espoirs de l'Economie 2017
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques
A l'antenne

Just Hits avec Wilfried