Elle s'en prend à ses filles près de Rouen

La prévenue qui comparait vendredi 8 juin 2018 devant le tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime) est accusée de violences à l'encontre de ses filles mineures, de détention et d'usage de produits stupéfiants. 

Elle s'en prend à ses filles près de Rouen

Elles portent plainte contre leur mère

Par Patrick Joliff

Séparée du père de ses enfants, la prévenue vit au Grand-Quevilly avec ses deux filles mineures de moins de quinze ans. C'est le 10 janvier 2018 que l'une d'entre elles accompagne son père, chez lequel elles se rendent le week-end, au commissariat pour porter plainte contre sa mère. Elle explique qu'après lui avoir demandé de faire quelques courses, sa mère lui reproche d'avoir dépensé trop d'argent.

La tension est palpable lors de ces discussions et gifles et coups ne tardent pas à pleuvoir. La sœur cadette intervient et frappe également sa mère pour protéger sa sœur. Elle dit avoir vu sa mère leur asséner des coups de poing et a souvent crié à l'aide. Elle assure que ces différends se répètent régulièrement. Les deux sœurs appuient la démarche de leur père qui a quitté la prévenue pour avoir vécu un enfer.

Elle consomme du cannabis

Placée en garde à vue le 11 janvier 2018, elle reconnaît consommer du cannabis. Une perquisition à son domicile révélera la détention de 50 grammes de la plante. Elle reconnaît également les coups portés à ses filles. "Oui, je suis souvent comme ça", avoue-t-elle lors de son audience, vendredi 8 juin.

Une enquête de voisinage confirme les tensions et les cris répétés. Les enfants sont, pour l'instant, en sécurité chez leur père.

Le ministère public conclut que "les faits sont reconnus et condamnables". La défense évoque "l'épuisement de la prévenue qui peine à gérer le quotidien". Après délibération, le tribunal la déclare coupable des faits reprochés et la condamne à une peine de trois mois d'emprisonnement assortis d'un sursis simple.

TOP ACTU

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES