Rouen : les associations de défense des migrants tirent la sonnette d'alarme

À Rouen (Seine-Maritime), plus de 20 associations se sont rassemblées au sein du collectif rouennais des États généraux des migrations (EGM). Ils entendent sensibiliser à l'accueil des migrants dans la ville et organisent une "Manif'déambulation" samedi 9 juin 2018.

Rouen : les associations de défense des migrants tirent la sonnette d'alarme

À Rouen, une vingtaine d'associations ou collectifs sont mobilisées pour demander une autre politique migratoire.

Par Pierre Durand-Gratian

Un constat rassemble les associations présentes dans le collectif rouennais (Seine-Maritime) des États généraux des migrations (EGM) : il y a un durcissement des positions sur les politiques migratoires. Une vingtaine d'associations et de collectifs citoyens, dont la ligue des Droits de l'Homme, le collectif pour les Droits des femmes, Médecin du Monde ou encore le Réseau éducation sans frontière a rejoint ses EGM à Rouen dans le collectif qui s'est formé au mois de janvier 2018.

"La situation est dramatique, y compris pour les personnes qui arrivent ici, explique Patrick Le Moal, responsable du collectif de défense des libertés fondamentales. La Préfecture, le Département, ne prennent pas les mesures adaptées au simple respect de la loi".

Les EGM entendent, en unissant les acteurs, porter une voix forte pour que cette loi soit respectée et même pour qu'elle évolue et que les conditions d'accueil deviennent "dignes d'un pays comme le nôtre", explique le militant.

La préfète de Seine-Maritime Fabienne Buccio admet que l'"on peut toujours mieux faire" mais affirme que "les délais pour déposer les demandes d'asile sont désormais de seulement huit jours." Elle ajoute que 47 nouvelles places en centre d'accueil pour demandeurs d'asile vont être créées d'ici le mois de juillet en Seine-Maritime.

Sensibiliser l'opinion

Par leur combat, les associations entendent porter une autre voix dans l'opinion publique, celle de la solidarité qu'ils opposent à "une couverture médiatique qui présente les migrants comme un problème", selon Patrick Le Moal. "Il n'est plus possible que l'État se défausse sur les associations", renchérit Christian Cartier, délégué régional de Médecin sans frontière. La Ligue des droits de l'homme de Rouen reçoit même des demandes de subvention du Département pour aider des familles de migrants. "On leur répond poliment qu'ils ne sont pas à la bonne adresse", explique ironiquement Ginette David, vice-présidente de la section de Rouen. Le Département n'a pas pour l'heure confirmé l'information.

Une "manif'déambulation" est prévue samedi 9 juin 2018 au départ de la place Saint-Sever à Rouen (Seine-Maritime) avec des animations et des témoignages pour sensibiliser l'opinion à ces questions.

TOP ACTU

CONTENUS SPONSORISES Proposés par Ligatus

COMMENTAIRES