Rouen : Un an avec sursis pour des violences sur son épouse

Rouen : Un an avec sursis pour des violences sur son épouse

Il séquestre sa femme

Le
Par : Patrick Joliff

Le tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime) a entendu, lundi 12 février 2018, un prévenu accusé de violences avec arme à l'encontre de sa conjointe.

Un prévenu a été jugé, lundi 12 février 2018, au tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime) pour des faits de violences avec arme à l'encontre de sa conjointe. Les faits remontent au 24 octobre 2017, lorsque la police intervient au domicile des époux, après un appel de la victime. Elle dit avoir subi, depuis le 23 octobre 2017, des coups et blessures perpétrés par son mari.

Vivant ensemble depuis 15 ans, les disputes sont récurrentes et souvent accompagnées d'insultes et de violences. Le prévenu, d'un naturel jaloux, reproche à sa femme de faire perdurer une relation amoureuse avec son ex-petit ami. Ce jour-là, il l'agresse physiquement en lui assénant des coups de câble électrique. Puis il la séquestre en subtilisant les clés du domicile conjugal et l'empêcher ainsi de sortir. Dans la foulée, il la menace d'un couteau. Devant la peur de la violence générée par son conjoint, elle accepte le principe d'une séparation.

"J'assume les accusations"

Interpellé et placé en garde à vue, le prévenu nie la menace au couteau et la volonté de garder la victime sous contrôle. Un certificat atteste néanmoins des coups et blessures reçus à deux reprises récemment, octroyant ainsi à la plaignante une incapacité temporaire de travail de six jours. Lors d'une seconde audition, le prévenu se ravise et reconnaît ses violences, réitérées à la barre lorsqu'il déclare : "J'assume les accusations, nous étions dans une impasse", ajoutant qu'il n'a pas compris ce qu'il se passait.

Pour quitter le domicile conjugal, la victime fait appel à sa famille pour récupérer ses effets personnels. Pour le ministère public, "la réalité dans les faits est accablante", et la défense du prévenu suggère qu'"une peine avec sursis est préférable à l'incarcération". Après délibération, le tribunal déclare le prévenu coupable des faits qui lui sont reprochés et le condamne à un an de prison avec sursis.


1234
Votez pour votre groupe préféré Papillons de Nuit
Suivez-nous
Facebook - Tendance Ouest
Twitter - Tendance Ouest
Google plus - Tendance Ouest
Applications - Tendance Ouest

Inscription à la newsletter

Météo
La météo en Normandie
Info Trafic
L'info trafic en Normandie
Pronostics
Les pronostics hippiques